Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Immobilier : l'offre se réduit, les prix grimpent





Le 12 Avril 2022, par François Lapierre

Les Français continuent de s'arracher les biens immobiliers, et tout particulièrement les maisons, depuis le déclenchement de la crise sanitaire. Malheureusement, l'offre se raréfie ce qui a fait augmenter les prix.


Les maisons très recherchées

La pandémie a accéléré l'envie des Français pour les biens immobiliers bénéficiant d'une vue sur l'extérieur, que ce soit un balcon ou une terrasse, ou tout simplement un jardin dans le cas des maisons. Malheureusement, cet appétit pour les grands espaces est contrarié par la contraction sévère de l'offre. Selon une étude de SeLoger, en deux ans le nombre de biens proposés à la vente chaque année a fondu de 22% ! Une véritable pénurie qui limite la possibilité pour les Français d'acheter le logement de leur rêve.

Ce chiffre de 22% concerne le volume annuel d'annonces de biens proposés à la vente sur les sites de SeLoger. Et si le nombre de logements proposés subissait déjà un recul avant la crise sanitaire, la tendance s'est amplifiée avec la pandémie. « Entre les mois de février 2019 et février 2020, le recul se limitait ainsi à -2,9%. Mais avec -11,2% de perte annuelle entre décembre 2019 et décembre 2021, c’est peu dire que la raréfaction des biens en vente s’est accélérée en France », explique l'étude.

Des prix en forte hausse

Et sans surprise, les biens les plus touchés par cette pénurie, ce sont les maisons. Les Français, dont le quotidien a été soumis aux confinements et aux couvre-feux pendant deux ans, veulent acheter des surfaces avec un espace en extérieur. En variation annuelle depuis le début de la crise sanitaire, les annonces pour des maisons ont reculé de 13,8%, contre 4% pour les appartements qui demeurent toujours très recherchés.

L'offre se raréfie, ce qui signifie que les prix augmentent. C'est exactement ce qui se passe sur le marché immobilier : le prix des appartements a augmenté de 7,2% depuis le début de l'épidémie, ou encore 3,2% en un an. Pour les maisons, c'est encore plus élevé avec une hausse de 12,7% (ou encore 6,4% en un an).



Tags : immobilier

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook