Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Immobilier : les taux des prêts ont augmenté en mai





Le 3 Juin 2020, par Olivier Sancerre

Emprunter pour acheter un logement est devenu plus cher depuis la sortie du confinement. Les particuliers et les ménages subissent la frilosité des banques.


Incertitudes pour les banques

À 1,25% pour le mois de mai, le taux moyen du crédit immobilier est désormais bien loin du niveau historiquement bas enregistré en fin d'année dernière. À l'époque, il s'établissait à 1,12%, du jamais vu dans le secteur. L'augmentation des taux ne remonte pas au mois de mai : le cycle haussier a été enclenché en début d'année. En avril, il était de 1,18%. Selon l'observatoire Crédit Logement/CSA, un indice qui fait référence dans le secteur immobilier, cette hausse est une « réponse à la montée des risques et de l’incertitude sur les évolutions macroéconomiques et financières à venir ». Les banques sont frileuses : la crise économique qui suit la crise sanitaire va engendrer du chômage, des faillites, des dettes supplémentaires.

L'attitude des banques a attisé les craintes des notaires et des courtiers de crédit, qui s'inquiètent depuis quelques semaines de ces incertitudes qui pèsent sur le marché immobilier. Un taux de crédit plus cher, cela signifie un volume de transactions réduit : les ménages disposant d'un budget modéré risquent d'être écartés de la possibilité d'acquérir un logement. Aux taux de crédit s'ajoutent en effet des assurances obligatoires. Et le confinement n'a pas empêché les prix des biens immobiliers de continuer à augmenter.

Une durée de remboursement toujours aussi longue

Néanmoins, l'observatoire relève que la hausse des taux est compensée par la durée moyenne de remboursement des prêts : « la remontée des taux de crédits et la poursuite des hausses des prix des logements ont été partiellement compensées par l’allongement des durées ». Une durée moyenne qui est de 230 mois en mai, soit un peu plus de 19 ans. Dans ces conditions, il est plus facile d'étaler une augmentation des taux des crédits immobiliers.

L'observatoire prévient également que le relevé pour le mois de mai a été réalisé alors que le niveau d'activité demeurait beaucoup plus faible qu'à l'accoutumée. En mai, les banques ont accordé 40% de nouveaux prêts immobiliers en moins par rapport à l'an dernier. Et ce, même si le déconfinement a débuté le 11 mai. Les acheteurs restent prudents, même s'il est plus facile de visiter un bien et de l'acheter.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook