Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Inflation : aucun profiteur chez les industriels de l'agro-alimentaire, selon Bruno Le Maire





Le 7 Novembre 2022, par Olivier Sancerre

Les consommateurs ont pu s'en rendre compte : les prix des produits de grande consommation ont augmenté dans les rayons de la grande distribution. Cela ne signifie pas pour autant que les industriels ont augmenté leurs marges, explique Bruno Le Maire.


Les marges dans la grande distribution se sont comprimées

« Il faut se méfier de la logique de bouc émissaire », a prévenu Bruno Le Maire au micros de BFMTV/RMC. Alors que les consommateurs paient plus cher les produits alimentaires vendus par la grande distribution, beaucoup pensent que les industriels ont profité de l'occasion pour augmenter leurs marges. Mais le ministre de l'Économie s'érige en faux : « il n’y a pas de profiteurs sur les prix de l’alimentation », assène-t-il.

Pour tous ceux qui estiment que les industriels de l'agro-alimentaire exploitent la situation à leur compte, le locataire de Bercy a un argument choc à opposer : les marges de la grande distribution et des fabricants ont « diminué entre 2019 et 2022 ». Les professionnels ont « comprimé leurs marges », a-t-il martelé.

Retour à des niveaux raisonnables d'inflation en 2024

La hausse des prix des produits alimentaires est donc la conséquence de l'inflation sur le prix des matières premières. Un rapport de l'Inspection générale des finances, réalisé en juillet dernier, le confirme. Et pour s'assurer que tout le monde est à la même page, Bruno Le Maire va rendre le rapport public. Il comprend le besoin de faire toute la transparence sur les niveaux d'inflation. L'Insee a enregistré une inflation à 6,2% en octobre sur un an.

La hausse des prix, c'est bien sûr un sujet de première importante pour tous les consommateurs, qui voient leur pouvoir d'achat se réduire. Le ministre de l'Économie a rappelé le « combat » du gouvernement qui cherche à faire baisser le niveau de l'inflation dans le courant de l'année 2023. Non sans apporter une nuance : « Notre scénario de référence est de retrouver, en 2024, des niveaux d’inflation qui sont plus raisonnables ».



Tags : consommation

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook