Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Infractions au code du travail à la Croix-Rouge





Le 1 Juin 2015, par

L’inspection du travail a la Croix-Rouge dans son collimateur. La branche française abuse depuis plusieurs années d’heures supplémentaires qui épuisent ses salariés et pourrait bien provoquer de sérieux problèmes financiers.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
La liste des infractions est sévère : rien qu’en 2014, la Croix-Rouge française s’est rendue coupable de 3 800 infractions aux heures supplémentaires. Plus de 10 heures de travail au quotidien, durées de travail hebdomadaires de plus de 48 heures, un repos entre deux périodes de travail inférieur à 11 heures… N’en jetez plus.

L’association a d’ailleurs bien conscience de ses problèmes organisationnels. Ces problèmes sont, selon elle, liés à sa mission de « sauver des vies », ce qui implique une certaine souplesse des salariés. Mais la Croix-Rouge française assure qu’en aucun cas, il n’existe de volonté de porter préjudice à ses effectifs. 

Des solutions vont être trouvées, assure-t-on, pour continuer à assurer les missions de la Croix-Rouge tout en protégeant un peu mieux les salariés. L’association fait face à une amende de 2,8 millions d’euros potentielle, et elle devra déjà verser les rémunérations supplémentaires dues aux salariés (11 millions d’euros).


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : croix rouge

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré
















Rss
Twitter
Facebook