Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Insee : un déficit public d'une ampleur inédite





Le 29 Mars 2021, par François Lapierre

C'est sans surprise que l'Insee a mesuré une hausse historique du déficit public l'an dernier. Les mesures économiques mises en place lors de la crise sanitaire ont eu un impact inédit sur les dépenses publiques.


Niveaux d'endettement record

« Quoi qu'il en coûte » : la devise d'Emmanuel Macron a été suivie à la lettre par le gouvernement, qui a effectivement dépensé sans compter pour soutenir les entreprises et le pouvoir d'achat des Français depuis le début de la crise sanitaire. L'Insee a calculé que le déficit public a représenté 9,2 % du produit intérieur brut, soit 211,5 milliards d'euros. La dette s'établit quant à elle à 115,7 % du PIB. Le gouvernement prévoyait un déficit à 11,3 % du PIB et une dette à 120 % : le bilan final est donc un peu meilleur, mais le déficit public s'est tout de même creusé à un niveau inédit depuis 1949, souligne l'Insee.

Dans un communiqué, Bruno Le Maire a expliqué que « les 18 points de dette supplémentaires en 2020 sont la traduction de la baisse d'activité de l'économie française et de l'effort de protection considérable de nos salariés et de nos entreprises ». L'activité économique s'est contractée de 8,2 %, du jamais vu depuis la deuxième guerre mondiale : c'est donc l'État qui est venu au secours de l'économie.

Le lourd tribut de la crise sanitaire

Le déficit de l'État est de 182 milliards d'euros. Celui de la Sécurité sociale grimpe à 48,3 milliards, tandis que le déficit des collectivités et des opérateurs publics est de 4,2 milliards d'euros. Seuls les comptes des collectivités locales sont à l'équilibre, souligne Olivier Dussopt le ministre des Comptes publics. Les dépenses des administrations publiques, dont l'État, les collectivités locales et la Sécurité sociale ont augmenté de 5,5 %, soit 73,6 milliards de plus qu'en 2019. Quant aux recettes, elles ont fondu de 5 %, ce qui représente 63,1 milliards d'euros de moins dans les caisses.

Pour 2021, le gouvernement table toujours sur une croissance de 6 %, un déficit public à 8,5 % et une dette qui va augmenter à 122 % du PIB. Le ministère de l'Économie se dit toujours optimiste, bien que la situation sanitaire soit toujours très difficile : de nouvelles restrictions pourraient d'ailleurs être annoncées dans les prochains jours.



Tags : dette

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook