Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Italie : feu vert pour tester une monnaie parallèle à l’euro





Le 23 Juin 2019, par François Lapierre

L’Italie, en délicatesse avec la Commission européenne sur l’état de ses comptes publics, pourrait lancer une monnaie parallèle à l’euro.


Le Parlement italien a autorisé à la fin du mois de mai le gouvernement à tester de nouveaux instruments monétaires. Parmi ces derniers, un projet d’émission de petits bons du Trésor qui permettraient à l’État italien de régler des factures impayés et de verser des crédits d’impôts. Baptisé « mini-BOT », pour « mini bon ordinaire du Trésor », ces titres de dette peuvent ensuite être utilisés par les contribuables et les entreprises pour payer leurs impôts. L’État italien se portant garant de ces bons du Trésor, les particuliers pourraient également s’en servir comme moyen de paiement, remplaçant ainsi l’euro…

 

Ce système, s’il est mis en place, permettrait à l’Italie de préparer le terrain en cas de sortie de la zone euro. Imaginé par un député de la Ligue, le parti d’extrême-droite au pouvoir en tandem avec le Mouvement 5 Étoiles anti-système, ce mécanisme veut éviter au pays de subir les affres d’une asphyxie financière subie par la Grèce. Pas de quoi rassurer l’Union européenne, la zone euro, et encore moins les marchés qui voient cette initiative d’un mauvais œil.

 

Début juin, l’agence Moody’s prévenait que si l’émission de mini-BOTs était improbable, le fait que cette proposition soit sur la table est « noté négativement ». La note de l’Italie, BBB, pourrait donc encore descendre. Deux crans plus bas, elle sera alors risquée aux yeux des marchés financiers. Or, l’Italie a besoin de l’argent international pour financer sa dette colossale.




Tags : italie


1.Posté par gazeleau le 24/06/2019 09:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cette initiative doit trouver ses porteurs. Ces bons ne vaudront que ce que les acheteurs leur accorderont de confiance. L'état italien saura-t-il garantir leur valeur ? Maintenir l'industrie du pays et le PIB qui donneront directement de la crédibilité à cette initiative ?

2.Posté par tralala le 27/06/2019 15:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
l'Euro, sur-imprimé ne vaut déja plus rien, tout comme le dollar d'ailleurs. Les monnaies occidentales se précipiteront sur les crypto. Ca sent la fin du système de toutes façons

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook