Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Jack Ma, le patron milliardaire d’Alibaba, adhère au Parti communiste chinois





Le 28 Novembre 2018, par

On peut être milliardaire, on n’en est pas moins… communiste ! C’est la situation à première vue paradoxale de Jack Ma, le fondateur du géant chinois du commerce en ligne Alibaba.


Le Parti communiste chinois (PCC) compte dans ses rangs des personnalités riches, très riches ! Le Quotidien du Peuple, organe officiel du PCC, a confirmé que Jack Ma était bien inscrit au parti unique du pays. Il y est salué comme un des constructeurs « exceptionnels » du socialisme « aux caractéristiques chinoises » dans le Zhejiang, la province où le géant de l’e-commerce a son siège. Le fondateur d’Alibaba avait pourtant laissé entendre par le passé que la politique ne l’intéressait pas vraiment…

Mais visiblement, il ne fait pas que de la figuration au sein du PCC. Le quotidien chinois lui prête en effet un rôle important dans la constitution des nouvelles « Routes de la soie », chères à Xi Jinping. Ces « Routes », lancées à l’assaut de l’Asie et de l’Europe en 2013, sont un projet gigantesque qui voit la Chine investir énormément pour étendre et asseoir son influence. Toutefois, Jack Ma n’avait pas indiqué qu’il était membre du PCC en 2014, au moment de l’introduction boursière d’Alibaba. Avait-il déjà sa carte du parti à l’époque ? Nul ne le sait et personne chez Alibaba n’a voulu répondre à cette question.

Le Parti communiste chinois et la doctrine édictée par le président Xi Jinping ont la volonté de peser sur les décisions des petites et des grandes entreprises privées du pays. Plus de 75% d’entre elles ont répondu à l’exigence d’avoir une cellule du PCC en son sein. Pour un patron ou un dirigeant d’entreprise, adhérer au parti peut également être une démarche pour mettre de l’huile dans les rouages de l’administration.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Alibaba

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook