Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Jean-Pierre Farandou, le futur patron de la SNCF, dévoile sa feuille de route





Le 3 Octobre 2019, par Olivier Sancerre

Jean-Pierre Farandou, le futur patron de la SNCF, a été interrogé par les députés et les sénateurs avant de prendre la place de Guillaume Pepy. Il a notamment parlé de la dette de l'entreprise, et de la productivité.


Équilibre financier en 2022

Pas question de reconstituer la dette prise en charge par l'État. Les 35 milliards d'euros qui ont été ajoutés aux finances publiques constitue un « énorme effort », reconnait-il, et s'il y a bien une contrepartie, c'est que l'entreprise cesse de s'endetter. Jean-Pierre Farandou vise l'équilibre financier en 2022. Un tour de force qui va passer par un « plan de productivité » d'une ampleur jamais vue au sein de l'entreprise. « C'est quelque chose qui est difficile parce que ça va se traduire par des baisses d'emplois », prévient-il.

Celui qui a été nommé par l'Élysée veut « co-construire » cette nouvelle SNCF avec les salariés, et avec les syndicats avec qui il prône un dialogue « respectueux », mais aussi « clair et lucide ». « On doit rendre ce service au coût le plus ajusté pour la collectivité, car l'argent public est une denrée rare », a-t-il expliqué. Les 35 heures seront toujours faites au sein de la SNCF, mais « il faudra vraiment les faire ».

Gains de productivité

Jean-Pierre Farandou dénonce les accords locaux qui ont « sédimenté » au cours des décennies. Il veut également remettre en place la « polyvalence » des cheminots. Lorsqu'il est entré dans l'entreprise en 1981, ces derniers « étaient beaucoup plus polyvalents : le même cheminot dans une gare faisait la circulation des trains, vendait les billets et passait même un coup de balai, et cela ne choquait personne ! ». Il entend donc « dé-spécialiser » les cheminots, en particulier sur les petites lignes.

Plus globalement, Jean-Pierre Farandou a martelé qu'il était un « enfant du service public » : « Être au service du bien commun c'est formidablement motivant et les cheminots en sont fiers ». La priorité doit être donné au ferroviaire, « colonne vertébrale des mobilités », alors que le train a une « utilité sociale et environnementale ».



Tags : SNCF

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum












Rss
Twitter
Facebook