Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Jusqu'à 25 million d'emplois supprimés en raison du coronavirus





Le 19 Mars 2020, par La rédaction

Les conséquences économiques de la pandémie de coronavirus pourraient occasionner une hausse massive du chômage dans le monde, selon l'Organisation internationale du travail (OIT).


Crise économique majeure

L'agence des Nations Unies a établi un sombre scénario pour l'emploi dans le monde si une réponse coordonnée à l'échelle internationale n'est pas mise en place pour limiter les effets de la pandémie de COVID-19. Dans le scénario le plus pessimiste, l'économie mondiale perdrait 24,7 millions d'emplois. Même avec l'hypothèse la plus optimiste, la perte d'emplois s'établit à 5,3 millions. Ce sont les catégories les moins favorisées (jeunes, femmes, migrants, travailleurs plus âgés) qui sont en première ligne avec leurs postes peu rémunérés et moins bien protégés. Cela provoquerait une augmentation des inégalités.

L'OIT appelle donc les gouvernements à coordonner leurs actions comme cela avait été le cas en 2008-2009 en réponse à la crise financière. L'agence estime indispensable de mettre en œuvre des mesures de grande envergure afin de protéger les travailleurs et soutenir le marché du travail. Guy Ryder, le directeur général de l'OIT, explique dans le communiqué qu'il ne s'agit « plus seulement d’une crise sanitaire mondiale, c’est aussi une crise grave en matière d’emplois ainsi qu’une crise économique majeure ».

Explosion du nombre des travailleurs pauvres

Il rappelle qu'en 2008, le monde avait présenté un « front uni » pour apporter des réponses à la crise financière globale. « Le pire avait pu être évité », rappelle-t-il. Pour faire face au défi du coronavirus, « nous avons besoin de ce même rôle moteur et de cette même résolution à l’heure actuelle ». En plus des pertes d'emplois, l'OIT a calculé que le nombre de travailleurs pauvres allaient augmenter de 8,8 à 35 millions. Il aurait dû baisser de 14 millions cette année.

Comme si tout cela ne suffisait pas, l'Organisation indique que l'épidémie allait aussi occasionner des pertes « massives » au niveau des revenus. D'ici la fin 2020, le manque à gagner et les pertes réelles vont s'échelonner entre 860 et 3.400 milliards de dollars.



Tags : chômage

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook