Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Jusqu'où baisser les impôts de production ?





Le 16 Juillet 2020, par Olivier Sancerre

5, 10 ou 20 milliards d'euros ? Le montant de la baisse des impôts de production pour les deux prochaines années a fait l'objet d'un couac au sein du gouvernement.


10 milliards d'euros sur deux ans

Pour améliorer la compétitivité des entreprises mise à mal après la crise sanitaire, le gouvernement a l'intention de poursuivre dans sa politique de baisse des impôts de production. Durant son discours de politique générale, Jean Castex le nouveau Premier ministre l'a confirmé, sans toutefois donner de chiffres. Un conseiller de Matignon a néanmoins indiqué cette semaine que la baisse serait de 20 milliards d'euros, bien au-delà des 5 milliards demandés par le Medef. Sur le plateau de France 2, Bruno Le Maire a expliqué qu'il s'agirait d'une baisse « massive », de dix milliards d'euros en 2021 et dix milliards d'euros en 2022.

Mais Les Echos ont relevé qu'il s'agissait en fait d'une seule et même baisse de 10 milliards d'euros pour les deux prochaines années. Ce qui est déjà le double de ce que demandaient les représentants des chefs d'entreprises. Le couac vient du fait que le plan de relance que le gouvernement annoncera en septembre s'étale sur deux ans et que l'effort budgétaire total porte effectivement sur 20 milliards d'euros… Quoi qu'il en soit, les impôts de production sont plus élevés en France (3,7% de la valeur ajoutée des entreprises) qu'en Allemagne (0,7%).

Plan de relance

De plus, les arbitrages sont encore loin d'avoir été donnés pour un plan de relance dont il reste toujours à établir les mesures précisément. Le gouvernement a entamé les discussions avec les régions pour réduire la CVAE, la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises, un impôt local qui finance justement les budgets des régions. L'État se dit prêt à compenser l'intégralité la réduction de ce prélèvement, mais certains présidents de régions ne l'entendent pas de cette oreille.

Le ministre de l'Économie entend également faire le maximum pour relocaliser l'industrie dans trois secteurs d'activité : les médicaments, l'automobile et l'aéronautique. « Si vous voulez que les entreprises industrielles s'installent sur les territoires, il ne faut pas qu'elles payent - avant même qu'elles fassent des bénéfices - cinq fois plus d'impôts de production qu'en Allemagne », a expliqué Bruno Le Maire.



Tags : impôts


1.Posté par Raphael le 20/07/2020 10:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est une absurdité que l'on soit obligé à payer tellement d’impôts ! Ce n’est vraiment pas possible !!

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook