Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Kering : François-Henri Pinault touche près de 22 millions d’euros





Le 25 Avril 2019, par François Lapierre

François-Henri Pinault, le patron du groupe de luxe Kering, n’a pas à se plaindre de sa rémunération au titre de l’exercice 2018 : à près de 22 millions d’euros, elle a été multipliée par huit d’une année sur l’autre.


François-Henri Pinault ne connaitra pas de problèmes de fin de mois. Le patron de Kering, qui possède les marques de luxe Gucci, Bottega Veneta ou encore Yves Saint Laurent, va toucher une rémunération de 21,8 millions d’euros au titre de l’exercice 2018 de l’entreprise. Cette rémunération, approuvée par les actionnaires, est sans commune mesure avec le versement 2017 : à l’époque, François-Henri Pinault s’était « contenté » de 2,7 millions d’euros. Mais il y a eu une contribution exceptionnelle l’an dernier, ce qui explique le niveau record de la rémunération.

Le patron de Kering touche 1,2 million d’euros en salaire fixe, et 1,9 million de variable annuel. Le reste, c’est à dire 18,6 millions, provient d’une rémunération variable pluriannuelle que François-Henri Pinault avait acquis en 2014 et 2015, mais qu’il ne pouvait toucher sans que le groupe atteigne un certain niveau de performances. Avec un chiffre d’affaires de 13,66 milliards (+26%) et un bénéfice net de 2,8 milliards (+49,3%), ces performances sont au rendez-vous, et c’est ce qui explique le total de la rémunération du grand patron.

Kering a pris les devants pour éviter, autant que possible, la controverse autour de cette rémunération. Le mois dernier, le groupe indiquait que la majeure partie de la somme (la rémunération variable pluriannuelle après impôts et charges) allait être réinvestie dans la société. C’est bien le cas, François-Henri Pinault ayant décidé d’acquérir des actions de l’entreprise. Par ailleurs, Kering a versé un total de 31 millions d’euros aux dix dirigeants les mieux rémunérés de la société.



Tags : Kering

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook