Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'Allemagne va corriger les effets négatifs de la réforme de son marché du travail





Le 29 Janvier 2014, par

En Allemagne, le nouveau gouvernement de coalition oblige Angela Merkel à des concessions sociales. La Chancelière cherche ainsi à corriger certaines dérives du marché du travail.


Les « réformes Hartz », du nom de son initiateur, ont permis à l'Allemagne d'atteindre le plein emploi avec un taux de chômage de 5%. Cependant, elles possèdent aussi leur « face sombre », comme l'a admis Angela Merkel. Plusieurs mesures sont envisagées pour corriger les effets négatifs des changements intervenus sur le marché du travail.

 

La première d'entre elles est emblématique : il s'agit de l'instauration d'un salaire minimum, une nouveauté au niveau fédéral. Celui-ci sera de 8,50 euros de l'heure et entrera en vigueur début 2015. Il s'agissait d'une condition impérative à l'accord de coalition gouvernementale entre les conservateurs de la Chancelière et les sociaux-démocrates de Sigmar Gabriel. Cette mesure a été saluée de ce côté-ci du Rhin, en espérant qu'elle relance la demande des ménages allemands et partant, les importations de produits français.

 

Les autres mesures sont tout aussi fortes. L'âge de la retraite pourrait ainsi passer de 67 à… 63 ans, un mouvement de bascule inverse à ce que l'on voit partout en Europe. Voilà qui pourrait donner un peu de grain à moudre aux opposants de l'allongement de la durée du départ à la retraite. La limitation du travail intérimaire à 18 mois maximum fait également partie des mesures de correction envisagées, tout comme la refonte de la double nationalité et de la transition énergétique.

 

Les réformes Hartz ont été saluées en France par les partis de droite, et provoqué des critiques à gauche. En positionnant le curseur plus à gauche, Angela Merkel va sans doute relancer le débat entre les tenants et les opposants à une plus grande libéralisation du marché du travail.



Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque










Rss
Twitter
Facebook