Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'Argentine orchestre une dévaluation inattendue du peso





Le 24 Janvier 2014, par

La parité entre le peso et le dollar américain, qui était de mise dans les années 90, n'est plus qu'un lointain souvenir. L'Argentine a orchestré une dévaluation surprise de sa monnaie qui abaisse substantiellement le coût de la devise nationale.


La Banque centrale argentine a laissé se déprécier le peso, après dix ans d'une politique de soutien. De fait, la devise du pays a perdu 13,9% en deux jours face au dollar : il faut désormais plus de 8 pesos pour acheter un dollar. Mais ce mouvement de dévaluation est rampant depuis le début de l'année, où la monnaie argentine a chuté en tout de 18,6% - un résultat d'autant plus important que l'an dernier, le peso avait déjà perdu 23%.
 
Cette dévaluation se déroule dans un pays où l'inflation a deux chiffres est monnaie courante : 28% en 2013, et sans doute encore plus pour cette année. 
 
Les exportateurs de biens argentins vont pouvoir vendre leurs produits avec un sérieux atout; en revanche, et comme pour toutes les dévaluations, le risque pèse sur les épaules des épargnants et des investisseurs.
 
Le gouvernement de Cristina Kirchner a cependant annoncé que ses objectifs en terme de dévaluation étaient désormais atteint : « Le niveau de convergence [est] acceptable, conforme aux objectifs de la politique économique du pays », a déclaré Jorge Capitanich, chef du gouvernement. L'Argentine a également levé le contrôle de l'accès au dollar pour les particuliers - la devise américaine est la monnaie refuge, avec laquelle on épargne et on achète les biens les plus importants, comme l'immobilier.
 
Depuis 2001 et son défaut de paiement, l'Argentine rencontre de grandes difficultés à se financer sur les marchés internationaux. Cette politique de dévaluation ne fera sans doute rien pour améliorer l'image d'une économie toujours convalescente.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?










Rss
Twitter
Facebook