Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'État actionnaire peut mieux faire





Le 25 Janvier 2017, par

L'État hésite rarement à s'inviter au capital des entreprises. Ne serait-ce que pour soutenir une société en difficulté. Mais les pouvoirs publics font-ils de bons actionnaires ? À cette question, la Cour du compte apporte une réponse assez négative.


La puissance publique, incarnée par la Caisse des dépôts ou la Banque publique d'investissements, détient des participations dans de nombreuses entreprises, en particulier dans les secteurs de l'énergie (pour 40% d'entre elles), dans les services (29%) ou encore dans l'industrie (15%). Globalement, le portefeuille d'actions détenus par l'État pèse environ 100 milliards d'euros.

D'après la Cour des comptes, cet argent est mal investi. « L'État confond souvent tutelle et actionnariat », explique les sages. « Malgré d'indéniables progrès, le mode d'intervention de l'État continue de présenter des faiblesses chroniques », poursuivent-ils dans leur dernier rapport. La Cour estime que l'actionnariat public apporte « rarement » un remède aux maux de l'appareil productif national, notamment en ce qui touche à sa perte de compétitivité et sa désindustrialisation.

« L’entreprise publique n’est plus le modèle, y compris social, qu’elle a incarné au siècle précédent », assène la Cour. Elle préconise donc de réduire le portefeuille détenu par les pouvoirs publics dans les entreprises, ou alors de s'engager dans une diversification. Un discours qui sera sans doute au cœur des débats économiques alors que la campagne électorale s'annonce.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook