Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'État pourrait reprendre la dette de la SNCF





Le 27 Février 2018, par Olivier Sancerre

La dette de la SNCF pourrait être reprise par l'État, a confirmé Bruno Le Maire sur France 2. Cela pourrait se faire « d'ici la fin du quinquennat », assure le ministre de l'Économie.


La dette de la SNCF tourne autour des 47 milliards d'euros. Une somme colossale, qui plombe littéralement l'entreprise ferroviaire. Cette reprise de la dette, c'est « un point d'aboutissement, pas un point de départ », a affirmé le patron de Bercy durant l'émission Les 4 Vérités. Car cette reprise est conditionnée à la réforme du transport ferroviaire : « Ca veut dire qu'une fois qu'on aura fait la transformation de la SNCF, qu'on aura transformé le statut des cheminots, dans le respect des cheminots et du travail qu'ils font, qu'on aura permis à la SNCF de renouer avec les bénéfices nous pourrons envisager de reprendre la dette ».

Cette reprise de la dette en échange de la réussite de la réforme de la SNCF est un levier pour le gouvernement, qui entrevoit les difficultés qui l'attendent face à des syndicats qui ont fait savoir qu'ils étaient prêts à des mouvements durs. Bruno Le Maire ne s'est pas prononcé sur la part que l'État serait prêt à reprendre à son compte, mais il a l'intention de faire en sorte que le contribuable paye « moins ». « Aujourd'hui, la SNCF perd trois milliards d'euros par an. On ne peut pas continuer comme ça, on va droit dans le mur ». L'amélioration de la situation financière de la SNCF permettra de lui donner plus de souplesse et plus de compétitivité. Indispensable, alors que l'ouverture à la concurrence est proche.

La réforme de la SNCF comporte plusieurs volets, dont l'extinction du statut des cheminots qui est un des gros morceaux. Le gouvernement veut aller vite et n'a pas écarté la possibilité d'avoir recours aux ordonnances pour faire voter certains points techniques. Ce qui a provoqué la colère des organisations syndicales ; pour le ministre de l'Économie, l'exécutif n'a cependant aucune intention de « passer en force » ni d'engager de « bras de fer ».



Tags : SNCF

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Minorités d'Orient, les grandes trahies de l'Histoire

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »












Rss
Twitter
Facebook