Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'État vend plus de bijoux de famille que prévu





Le 16 Octobre 2014, par

L'État est en recherche perpétuelle d'argent frais, ce qui est notamment vrai en cette période difficile. Alors qu'il est difficile (et politiquement suicidaire) d'augmenter les impôts et plutôt que d'engager les économies qui permettraient pourtant de soulager le budget, le gouvernement a fait le choix de rendre quelques bijoux de famille.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Le projet de loi sur le budget 2015 comprend ainsi plusieurs cessions d'actifs détenus par l'État, à hauteur de 4 milliards d'euros. Une somme qui n'est pas suffisante pour Emmanuel Macron, qui a annoncé que les bijoux de famille devraient rapporter l'année prochaine entre 5 à 10 milliards d'euros. Participations, biens patrimoniaux ou biens immobiliers, tout y passera pourvu que cela rapporte de l'argent !

Les bonnes affaires, pour ceux qui voudront engager une partie de leur argent avec l'État, devraient donc être au rendez-vous. Il ne faudra toutefois pas s'attendre à arracher un petit bout d'EDF, dont le patron a changé (Jean-Bernard Lévy remplace Henri Proglio). Il n'est pas question de privatiser ce fleuron de l'énergie, pièce stratégique du dispositif français en la matière. L'État continuera donc d'en détenir 84,5%.

En augmentant ainsi ses ventes d'actifs, le gouvernement souhaite tout simplement payer ses créanciers : 4 milliards iront rembourser les dettes, le milliard restant devant être réinvesti. C'est le contraire du budget 2014, qui avait vu 3,5 milliards d'investissements pour 1,5 milliard pour rembourser les dettes.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré
















Rss
Twitter
Facebook