Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'État vend une partie de sa participation dans Renault





Le 4 Novembre 2017, par

L'État a vendu une partie de sa participation dans Renault. Avec à la clé une plus-value de 55 millions d'euros. Le produit de cette vente abondera le fonds pour l'innovation de rupture voulu par Emmanuel Macron.


La part de l'État dans le capital du groupe automobile redescend à 15,01%, suite à la vente de 14 millions d'actions. Ce volume représente 4,73% du capital du constructeur, que l'Agence des participations de l'État (APE) a cédé auprès d'investisseurs institutionnels pour un total de 1,21 milliard d'euros. À la clé, une légère plus-value de 55 millions d'euros. Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a estimé que l'opération avait été un « succès stratégique ».

Ces titres avaient été acquis il y a deux ans, ce qui avait provoqué une crise entre Nissan, qui fait partie de l'alliance automobile, et le gouvernement français de l'époque. Emmanuel Macron était d'ailleurs à la manœuvre, alors qu'il souhaitait que la France puisse imposer ses vues sur les rémunérations des dirigeants de l'entreprise. Le groupe japonais voyait d'un mauvais œil la place et l'influence prises par l'État dans le capital du groupe industriel. Ces actions obtenues en avril 2015 au prix de 86 euros ont été revendues ce jeudi 2 novembre au prix de 86,60 euros.

Dans l'opération, l'État n'a donc pas perdu d'argent, il en a même un peu gagné. Bruno Le Maire avait expliqué à l'Assemblée nationale qu'il rencontrait des difficultés à vendre ces actions car le cours de Bourse n'était pas suffisamment élevé. Une situation déplorée aussi par Carlos Ghosn, le patron de Renault, qui estime que le titre de l'entreprise ne reflétait pas son cœur de métier. C'est le fonds pour l'innovation qui va bénéficier du produit de cette vente, un fonds dont les caisses sont alimentées par la vente de participations de l'État dans les entreprises privées.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : renault

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"




Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens















Rss
Twitter
Facebook