Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’Iran achète 80 Boeing, en attendant le tour d’Airbus





Le 11 Décembre 2016, par

Depuis la levée d’une partie des sanctions touchant l’Iran, le pays est devenu un marché prometteur pour les constructeurs d’avions. Boeing est le premier avionneur à en profiter.


Suite à l’accord sur le nucléaire de l’été 2015, l’embargo international a été en partie levé en début d’année, ce qui permet à l’Iran de rejoindre le concert des nations… et le carnet de commandes des avionneurs. Les besoins du pays sont immenses : selon l'Organisation iranienne de l'aviation civile, ce sont de 400 à 500 avions que le pays entend acquérir dans les dix prochaines années.

L’Iran a besoin de renouveler et moderniser sa flotte d’avions civils. Le premier constructeur à en profiter, c’est l’américain Boeing qui a signé un contrat pour 80 appareils, dont 50 unités 737 et 30 Boeing 777. Cela représente la bagatelle de 16,6 milliards de dollars, ou encore une capacité de 50 000 places pour l’aviation civile iranienne.

Airbus, le concurrent européen, n’est pas en reste. Le constructeur attend le terme de négociations portant sur une centaine d’appareils pour un montant qui sera, de fait, très élevé. Les deux groupes ont obtenu le feu vert des autorités américaines pour vendre leurs avions en Iran.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : iran

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"









Rss
Twitter
Facebook