Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’Italie prête à lancer une monnaie « parallèle » à l’euro





Le 3 Juin 2019, par

L’Italie est dans le collimateur de Bruxelles. Le pays devrait subir l’ouverture d’une procédure disciplinaire. Pendant ce temps, Rome envisage la création d’une monnaie « alternative » à l’euro.


La Commission européenne a fait parvenir au gouvernement italien une lettre dans laquelle Bruxelles menace Rome d’une amende pouvant correspondre à 0,2% du PIB italien, soit 3,5 milliards d’euros. La Commission attend de l’Italie des clarifications concernant les finances publiques du pays, qui se détériorent rapidement alors que la croissance est en panne. L’Italie est entrée en récession l’an dernier et elle pourrait y rester pendant quelques temps, ce qui creuse la dette du pays déjà énorme : elle pèse en effet plus de 130% du produit intérieur brut italien...

Le Trésor italien a d’ailleurs dû consentir de meilleurs rendements lors de l’émission de bons à cinq et dix ans. Les investisseurs craignent en effet les incertitudes liées à la situation politique au pays ; la menace européenne d’une procédure disciplinaire n’arrange rien. Pendant ce temps, le gouvernement de la coalition populiste du M5S et d’extrême-droite de la Ligue continue de bomber le torse. Matteo Salvini, le patron de la Ligue et vice-premier ministre italien, a ainsi affirmé qu’il ne gouvernerait pas un pays « à genoux ».

Dans ce contexte, la motion votée par le parlement italien est singulier : l’Italie envisage sérieusement de lancer des bons du trésor à court terme baptisés « mini-BOTS ». Des reconnaissances de dettes émises par l’État italien qui permettront aux usagers de payer leurs impôts et leurs factures des services publics. En d’autres termes, une monnaie « parallèle » à l’euro garantie par l’État italien.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : italie

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook