Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’Italie prête à une concession envers Bruxelles





Le 28 Novembre 2018, par

Rome pourrait faire un geste afin de calmer la colère de Bruxelles. Le gouvernement italien a en effet laissé entendre que le déficit prévu à son budget 2019 pourrait baisser.


Le 23 octobre dernier, la Commission européenne retoquait le budget de l’Italie pour l’année prochaine. Celui-ci a été imaginé par la nouvelle coalition au pouvoir, mélangeant les anti-systèmes du Mouvement 5 Étoiles et la Ligue d’extrême-droite. L’attelage prévoyait un déficit à hauteur de 2,4% du PIB, bien plus que les 0,8% prévus par le précédent exécutif. Le tout pour un pays dont la dette représente plus de 130% du PIB. Depuis, c’était le statu-quoi entre la Commission et Rome ; le gouvernement italien s’expose néanmoins à une procédure qui pourrait lui coûter cher en termes de sanctions financières.

Mais l’Italie pourrait revoir son déficit à la baisse, a confirmé Luigi Di Maio, le leader du M5S. Il a en effet expliqué que si durant la négociation le déficit devait diminuer « un peu », pour le parti au pouvoir, ce ne serait pas important. « Le sujet n’est pas les chiffres, mais les citoyens », a-t-il aussi indiqué. Néanmoins, c’est un premier assouplissement notable alors que jusqu’à présent, il n’était pas question de retoucher à ce budget qui instaure, entre autres, un revenu de citoyenneté pour les plus démunis, des indemnités pour les petits épargnants floués par les banques, ainsi qu’une réforme de la retraite prévoyant un départ anticipé.

Des mesures sociales généreuses, mais dont l’impact économique est d’importance pour un pays en plein trou d’air de croissance. Surtout, ces dispositifs vont creuser une dette déjà abyssale auprès de marchés financiers dont la confiance envers Rome s’étiole : le spread, l’écart entre les taux italiens et allemands, est à 281. Lueur d’espoir, il était de 336 en fin de semaine dernière, avant les déclarations de Luigi Di Maio.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Italie

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook