Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'Italie seule face à Bruxelles et l'Eurogroupe





Le 6 Novembre 2018, par

Le gouvernement italien a jusqu'au 13 novembre pour présenter un projet de budget révisé qui entre dans les clous de Bruxelles. L'Italie est seule dans ce bras de fer, aucun autre membre de la zone euro n'ayant apporté son soutien à Rome.


La réunion des 19 ministres des Finances de l'Eurogroupe, les États ayant l'euro comme monnaie unique, a permis à la Commission européenne d'engranger un renfort de poids dans son opposition au projet de budget pour l'Italie. Dans un communiqué, les ministres assurent en effet Bruxelles de leur soutien dans l'évaluation de la Commission. Les membres de l'Eurogroupe, moins l'Italie bien sûr, espèrent que le pays coopérera étroitement avec Bruxelles "à l'élaboration d'un plan budgétaire révisé". Seul problème : le budget ne changera pas, a assuré le ministre italien des Finances, Giovanni Tria.

Ce dernier n'a cependant pas voulu mettre de l'huile sur le feu. "Il n'y a ni compromis, ni conflit" avec la Commission européenne. Le discours est le même du côté de Pierre Moscovici, le Commission européen aux Affaires économiques : "Notre état d'esprit est celui du dialogue (...) mais nous ne sommes pas dans une négociation. Les règles sont les règles". Bruno Le Maire, le ministre français de l'Économie, demande à Rome de saisir la "main tendue" de l'Europe. Pas sûr toutefois que le pays le veuille réellement malgré la possible procédure pour déficit excessif que la Commission pourrait enclencher contre le pays.

Le budget concocté par le nouveau gouvernement populiste du Mouvement 5 Étoiles et de la Ligue d'extrême-droite fait passer le déficit italien à 2,4% du PIB pour 2019 ; un chiffre très éloigné de la promesse de 0,8% du précédent exécutif. Le tout dans un pays où la dette a atteint 131% du PIB, le taux de chômage de 10,1% et la croissance nulle au troisième trimestre. Le gouvernement italien s'est appuyé sur une prévision de 1,5% de croissance pour cette année, contre 1,1% pour Bruxelles.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Italie

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook