Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'Ukraine renonce à son accord économique avec l'UE pour négocier avec la Russie





Le 22 Novembre 2013, par

L'Ukraine et l'Union Européenne devaient signer un accord économique bilatéral afin d'améliorer les rapports commerciaux. Mais il n'en sera rien. L'annonce, qui vient directement du gouvernement ukrainien, étonne mais les rapports tendus entre l'Ukraine et la Russie seraient en cause.


Viktor Ianoukovytch - président de l'Ukraine
Viktor Ianoukovytch - président de l'Ukraine

Moscou avait en effet fait savoir de manière très forte son désaccord concernant un accord commercial entre les pays membres de l'Union Européenne et l'Ukraine. La Russie avait même annoncé qu'elle aurait pu prendre des mesures contre Kiev, ce qui aurait pu entraîner de graves répercussions économiques. De plus, jeudi 21 novembre le parlement ukrainien a voté contre le fait de faire soigner à l'étranger l'ancienne premier ministre Youlia Timochenko, actuellement en prison. A la suite de ce vote le pays a annoncé sa décision concernant le traité.


C'est donc à une semaine de la date prévue pour la signature du traité entre Kiev et Bruxelles que l'annonce a été faite par Aleksander Kwaniewski, envoyé de l'Ukraine auprès de l'Union Européenne. « Notre mission se termine et c'est dommage qu'elle ne se soit pas conclue avec la signature, mais c'est une décision de l'Ukraine, non de l'Europe ». Le 29 novembre 2013, au sommet de Vilnius, Kiev et Bruxelles auraient du sceller cet accord.


Contrairement à ce que tous les analystes s'attendaient, l'Ukraine devrait relancer les relations économiques avec la Russie. Un geste qui est à l'opposé de la politique ukrainienne actuelle. Le pays a, par exemple, signé un contrat avec l'énergéticien allemand Rwe pour réduire ses importations de gaz de la Russie de 40% afin de réduire sa dépendance de Moscou.


L'annonce de l'abandon de la signature du traité a été mal perçue par la presse ukrainienne. Le quotidien pro-Europe et proche de l'opposition Ukrainskaya Pravda en a fait sa une du vendredi 22 novembre 2013 avec pour titre « Jeudi noir » en référence au crack de Wall Street de 1929. Il reproche au gouvernement d'avoir arrêté son chemin pour l'UE avant même de l'avoir commencé.



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook