Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'agence française anticorruption s'intéresse de près à Renault





Le 22 Janvier 2020, par François Lapierre

Le groupe Renault n'a décidément pas fini de manger son pain noir. Le constructeur automobile fait maintenant l'objet d'un contrôle de l'Agence française anticorruption.


Le siège de Renault perquisitionné par l'AFA

Les enquêteurs de l'Agence française anticorruption (AFA) va débarquer au siège de Renault à la fin du mois de février, selon les informations de Challenges. L'AFA a déjà fait parvenir une liste de 170 questions auprès de la direction du groupe automobile et demandé un certain nombre de documents. L'enquête se poursuivra donc le mois prochain afin de déterminer si l'entreprise a bien respecté les procédures de prévention et de détection d'atteintes à la probité. Celles-ci ont largement fait défaut sous le règne de Carlos Ghosn, en fuite au Liban après avoir été inculpé au Japon de plusieurs malversations financières.

Ce contrôle de l'AFA devra faire la lumière sur les dispositifs de déontologie en vigueur au sein du groupe Renault. L'entreprise a-t-elle respecté les processus standards en matière de prévention de faits susceptibles de faire l'objet d'accusation de corruption ? Rien ne permet de le dire aujourd'hui et l'enquête va sans doute prendre beaucoup de temps. Mais le timing n'est pas idéal pour la société qui peine toujours à se sortir de l'ombre de son ex-président.

Carlos Ghosn contre Renault

Carlos Ghosn a fait feu de tout bois contre Renault durant sa conférence de presse très médiatisée de Beyrouth. L'ex-dirigeant poursuit le constructeur automobile aux prud'hommes pour obtenir ses indemnités de licenciements et sa retraite, sans oublier une procédure à venir au tribunal de commerce. Autant d'épines dans le pied de l'entreprise qui souffre aussi dans son activité avec un recul des ventes sur l'année 2019. Sans oublier les difficultés avec Nissan au sein de l'Alliance.

La loi Sapin 2, votée fin 2016, oblige les entreprises de plus de 500 salariés, et affichant plus de 100 millions d'euros de chiffre d'affaires, à mettre en place des outils de prévention de la corruption. L'Agence française anticorruption, créée dans la foulée de cette loi, est l'organisme qui doit vérifier si les sociétés concernées respectent ces obligations.



Tags : Renault

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook