Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’amende américaine de la Deutsche Bank divisée par deux





Le 23 Décembre 2016, par

Dans le conflit qui l’opposait au gouvernement américain, la Deutsche Bank s’en tire finalement moins mal que prévu. Mi-septembre, la justice US réclamait en effet 14 milliards de dollars à l’institution allemande afin de solder le dossier des subprimes.


De 2005 à 2007, la Deutsche Bank avait procédé à des transactions de titres financiers à risque adossés à des crédits immobiliers douteux, les fameux subprimes. Après l’annonce de l’amende à 14 milliards de dollars, la banque a négocié avec les autorités américaines pour ramener la somme dans des proportions moins importantes.

Le résultat de ces négociations est tombé ce vendredi 23 décembre, un peu comme un cadeau de Noël pour la Deutsche Bank : la somme est divisée par deux, à 7,2 milliards de dollars. Il ne s’agit pour le moment que d’un accord de principe « sans assurance » d’un accord définitif, mais le contentieux semble bel et bien réglé entre les deux parties.

L’amende civile s’élève à 3,1 milliards de dollars ; la Deutsche Bank devra par ailleurs s’acquitter de 4,1 milliards pour dédommager les clients. Ces derniers, propriétaires et emprunteurs sur cinq ans, se verront proposer des modifications de leurs prêts ainsi que des aides. La banque a aussi tenu à rassurer ses employés : la société est bien à même de faire face à cette amende sans augmentation de capital.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Clarifier sa stratégie pour réussir sa transformation digitale

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"
















Rss
Twitter
Facebook