Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'angoisse du gouvernement en attendant la note de Standard & Poor's





Le 31 Mai 2024, par La rédaction

Ce vendredi soir, après la clôture des marchés, l'agence de notation Standard & Poor's rendra son verdict sur la note de crédit de la France. Ce jugement intervient dans un contexte budgétaire tendu et à quelques jours des élections européennes.


Une note déterminante pour la France

La France s'apprête à affronter une nouvelle évaluation de sa note de crédit par l'agence américaine Standard & Poor's (S&P). Actuellement notée « AA », soit une appréciation équivalente à un 18 sur 20, la note de la France est assortie d'une perspective négative, ce qui pourrait conduire à une dégradation. Cette situation inquiète le gouvernement Macron, surtout à quelques jours des élections européennes.

Les finances françaises sont en mauvaise posture avec un déficit des comptes publics atteignant 5,5% du PIB en 2023, bien au-delà des prévisions initiales de 4,9%. Les objectifs fixés par le gouvernement pour les années à venir, avec un déficit prévu à 5,1% en 2024 et sous les 3% en 2027, semblent ambitieux et incertains selon le Fonds monétaire international (FMI).

Standard & Poor's avait averti en juin dernier qu'une dégradation pourrait survenir en l'absence d'une réduction régulière de la dette publique en pourcentage du PIB de 2023 à 2025, ou si les charges d'intérêt sur la dette publique dépassaient 5% des recettes publiques. Sur la base des critères que S&P a communiqués elle-même, cette agence aurait quelques raisons de dégrader la France, avancent des économistes.

Des marchés sous surveillance

Au Parlement, les oppositions sont prêtes à réagir. Eric Coquerel, président de la Commission des finances et membre de La France Insoumise (LFI), prévoit de déposer une motion de censure ce vendredi. Le Rassemblement National (RN) pourrait soutenir cette motion, faute de budget rectificatif pour 2024. Cette situation politique tendue, à quelques jours des élections européennes, pourrait déstabiliser davantage la majorité présidentielle.

Sur le marché des obligations souveraines, une dégradation de la note de la France pourrait n'avoir qu'un impact limité. La dette française reste en effet attractive pour les investisseurs en quête d'actifs de qualité, malgré un environnement économique incertain. Le spread (l'écart) entre les taux français et allemands reste relativement stable, une situation rassurante pour les marchés financiers.

Cependant, la croissance économique demeure faible, avec une légère accélération du PIB à 0,2% au premier trimestre 2024. Les projections pour 2024 ont été révisées à la baisse, de 1,4% à 1%, rendant le pari du gouvernement de compter sur une croissance plus robuste pour améliorer les recettes fiscales et la trajectoire des comptes publics de plus en plus difficile.

Le gouvernement espère que l'assouplissement de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) à partir de juin redonnera du souffle à l'économie française et européenne. Mais de nombreuses incertitudes persistent, notamment en ce qui concerne les résultats des élections européennes et leur impact sur les perspectives de croissance et d'investissement en Europe.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook