Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'éditeur de Candy Crush Saga rentre en Bourse





Le 18 Février 2014, par

L'éditeur de Candy Crush Saga, l'anglais King, va rentrer en Bourse. Le studio compte profiter à plein de l'engouement pour ce titre, téléchargé des millions de fois sur les plateformes mobiles.


Candy Crush Saga n'est qu'un simple jeu de logique, consistant à aligner des bonbons de même couleur. Rien de bien sorcier ni de révolutionnaire, mais cette application a su capter l'attention des joueurs du monde entier, qui s'écharpent sur iPhone, iPad, Android ou sur Facebook. L'addiction est telle que les utilisateurs n'hésitent pas à débourser pour continuer à jouer, même si le téléchargement de l'application est gratuit. Le nombre de vies est en effet limité et pour pouvoir aligner les bonbons, il faut soit attendre 30 minutes, soit accepter de payer.
 
Candy Crush Saga rapporte 855 000$ par jour, ce qui rajouté aux autres jeux du catalogue de l'éditeur, valorise l'entreprise à plus de 5 milliards de dollars ! Les jeux King amusent 128 millions d'utilisateurs actifs par mois - cela représente 1,2 milliard de parties quotidiennes. De fait, l'entreprise veut capitaliser sur le succès de ses jeux mobiles - tous ne sont pas devenus des phénomènes comme Candy Crush, mais King compte bien décliner ses franchises jusqu'à l'écoeurement. L'éditeur a été créé en 2003, mais le lancement en 2012 de la version mobile de Candy Crush a constitué un tournant majeur pour l'entreprise.
 
Cette introduction en Bourse se déroule cependant sous des auspices plus sombres. D'une, les revenus de l'entreprise ont baissé entre les troisième et quatrième trimestre 2013. Et King s'est lancé dans une bataille pour protéger la marque « Candy » qui s'est soldé non seulement par un échec pour le moment, mais qui dégrade fortement l'image de marque du studio. 
 
La société compte se lancer au New York Stock Exchange, sous le symbole KING.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook