Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'éditeur de Candy Crush Saga rentre en Bourse





Le 18 Février 2014, par Olivier Sancerre

L'éditeur de Candy Crush Saga, l'anglais King, va rentrer en Bourse. Le studio compte profiter à plein de l'engouement pour ce titre, téléchargé des millions de fois sur les plateformes mobiles.


Candy Crush Saga n'est qu'un simple jeu de logique, consistant à aligner des bonbons de même couleur. Rien de bien sorcier ni de révolutionnaire, mais cette application a su capter l'attention des joueurs du monde entier, qui s'écharpent sur iPhone, iPad, Android ou sur Facebook. L'addiction est telle que les utilisateurs n'hésitent pas à débourser pour continuer à jouer, même si le téléchargement de l'application est gratuit. Le nombre de vies est en effet limité et pour pouvoir aligner les bonbons, il faut soit attendre 30 minutes, soit accepter de payer.
 
Candy Crush Saga rapporte 855 000$ par jour, ce qui rajouté aux autres jeux du catalogue de l'éditeur, valorise l'entreprise à plus de 5 milliards de dollars ! Les jeux King amusent 128 millions d'utilisateurs actifs par mois - cela représente 1,2 milliard de parties quotidiennes. De fait, l'entreprise veut capitaliser sur le succès de ses jeux mobiles - tous ne sont pas devenus des phénomènes comme Candy Crush, mais King compte bien décliner ses franchises jusqu'à l'écoeurement. L'éditeur a été créé en 2003, mais le lancement en 2012 de la version mobile de Candy Crush a constitué un tournant majeur pour l'entreprise.
 
Cette introduction en Bourse se déroule cependant sous des auspices plus sombres. D'une, les revenus de l'entreprise ont baissé entre les troisième et quatrième trimestre 2013. Et King s'est lancé dans une bataille pour protéger la marque « Candy » qui s'est soldé non seulement par un échec pour le moment, mais qui dégrade fortement l'image de marque du studio. 
 
La société compte se lancer au New York Stock Exchange, sous le symbole KING.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum












Rss
Twitter
Facebook