Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’éditeur de jeux Zynga toujours en crise supprime 300 emplois





Le 31 Janvier 2014, par

La réduction des effectifs continue chez l’éditeur de jeux sur internet Zynga qui essuie de grosses pertes. Alors qu’une première suppression de 520 postes avait eu lieu en juin 2013, ce qui avait réduit les effectifs e Zynga de 18%, voilà que l’éditeur annonce une nouvelle suppression de postes : 314 personnes sont concernées ce tour-ci.


cc/flickr/masakiishitani
cc/flickr/masakiishitani
Au total, en moins d’un an, ce sont donc 834 personnes qui auront été virées de chez Zynga, soit quelques 30% de son effectif de début 2013. Une situation justifiée par les mauvais résultats de l’éditeur qui doit faire face à une concurrence de plus en plus rude. L’éditeur s’était en effet spécialisé dans les jeux sociaux sur Facebook.

Un secteur qui a été très prolifique et en forte croissance puisque la société a été fondée en 2007 soit seulement 3 ans après la fondation de Facebook. Mais, depuis, le nombre d’éditeurs sur ce secteur s’est multiplié.

Ainsi, les titres phare de Zynga, parmi lesquels FarmVille et CityVille, doivent redoubler d’efforts pour garder leurs utilisateurs. Résultat : l’éditeur de jeux essuie de grosses pertes.

En 2013, la perte nette de Zynga a été de 36,9 millions de dollars alors que le chiffre d’affaires s’est établi à 873 millions de dollars sur l’année. Mais ce qui inquiète ce sont les résultats du dernier trimestre 2013 qui, à lui seul, a enregistré 176 millions de dollars de chiffre d’affaires mais surtout une perte de 25,2 millions de dollars, soit plus d’un tiers du total.

Cela ne décourage toutefois pas Zynga qui, outre ses suppressions de postes pour faire des économies, a également annoncé le rachat du studio d’animation NaturalMotion, basé en Californie comme l’éditeur de jeux, pour 527 millions de dollars. Une annonce qui a été très bien accueillie en Bourse où le titre de Zynga gagnait 19,94% à la clôture de Wall Street.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"




Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens















Rss
Twitter
Facebook