Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’encadrement des loyers nuit aux professionnels de l’immobilier





Le 16 Novembre 2016, par Anton Kunin

47% des professionnels interrogés par la FNAIM du Grand Paris constatent que l’encadrement des loyers a entraîné une perte de mandats de gestion locative.


Depuis l’entrée en vigueur de la loi Alur, qui instaure l’encadrement des loyers, nombre de propriétaires ont décidé de ne plus mettre leurs biens en location. C’est le constat tiré par la FNAIM du Grand Paris, la fédération rassemblant 1800 professionnels de l’immobilier en Ile-de-France. Les professionnels interrogés déclarent avoir perdu 13 % du portefeuille des mandats de gestion en moyenne.

Un moindre rendement locatif

La réticence des propriétaires à remettre leurs biens en location à la fin des baux s’explique par un recul du rendement locatif. Concrètement, c’est la modération du rythme de hausse des loyers qui préoccupe les propriétaires: de 0,5 % seulement en 2015, d’après l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne. Les loyers appliquables aux locataires emménageant en 2015 n’ont progressé que de 0,9 % par rapport à ceux payés par les locataires sortants. Il s’agit de la plus faible hausse des loyers depuis 2001. À titre de comparaison, leur évolution était de 1,3 % en 2014 et de 5,2 % en 2013. Et sur l’ensemble de la période de 2000 à 2016, les loyers du parc privé ont augmenté de 73 %, soit une hausse de 4,5 % par an en moyenne.

La vente, de plus en plus

Non satisafaits du rendement locatif, nombreux sont les propriétaires qui décident de vendre. Le nombre de transactions réalisées sur les mois de l’été a augmenté de 7 % à Paris par rapport à la même période il y a un an. La hausse a été encore plus prononcée à la périphérie : de 11 % dans la petite couronne et de 9 % dans la grande couronne, d’après les chiffres des chambres départementales de notaires.
Et dans ces chiffres, il y a bien sûr d’anciens propriétaires qui ne louent plus leur bien. D’après le sondage réalisé par la FNAIM auprès de ses adhérents, plus de la moitié des lots en gestion locative perdus (57 %) ont été mis en vente, et 28 % seraient mis en location touristique. Les vacances se multiplient également : la France dénombre aujourd’hui 23,7 % de logements vacants en plus depuis 2008, d’après les calculs de l’association Clameur.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook