Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'enseigne de chaussures André en redressement judiciaire





Le 2 Avril 2020, par La rédaction

C'est une des premières grandes entreprises victimes de l'épidémie de coronavirus. L'enseigne de chaussures André se place en redressement judiciaire.


Les magasins fermés en raison du coronavirus

Ce n'était déjà pas très facile en temps normal pour le réseau de magasins André. L'enseigne, créée en 1896, engrange un chiffre d'affaires d'environ une centaine de millions d'euros chaque année, pour des pertes de dix millions, selon Les Echos. Les derniers mois ont été difficiles : décembre a été marqué par les grèves contre la réforme des retraites, tandis que la crise des « gilets jaunes » a eu un impact fort sur les comptes de l'entreprise. Les mesures de confinement mises en place par le gouvernement pour endiguer l'épidémie de coronavirus ont eu raison de la santé chancelante de l'enseigne.

Les 150 magasins du réseau André, dont l'activité n'est pas jugée essentielle, sont fermés depuis le 16 mars. En deux semaines, l'entreprise accuse un manque à gagner de 3 à 4 millions d'euros. Des pertes impossibles à soutenir au vu de la situation économique déjà très fragile du groupe. Sans revenus depuis quinze jours, André s'est donc placé en redressement judiciaire. Cela ne signifie pas que l'entreprise va mettre la clé sous la porte, mais l'avenir s'annonce compliqué.

Une enseigne née en 1896

André a été vendu par son ancien propriétaire, Vivarte, au site internet Spartoo en 2018 (une transaction pour laquelle Spartoo aurait reçu de 4 à 5 millions d'euros de la part de Vivarte). En deux ans, il a été impossible de changer la course du paquebot, en particulier au vu des tempêtes essuyées par l'enseigne. Boris Saragaglia, le PDG du groupe Spartoo, a déclaré aux Echos : « Je suis un entrepreneur. Je vais me battre pour monter un plan B, peut-être en me concentrant sur le cœur du réseau ».

Le patron d'André souhaitait conserver le réseau de magasins ainsi que les 700 salariés. Un plan d'investissement d'une quinzaine de millions d'euros a été mis en œuvre pour rénover un tiers des boutiques. La malchance et un retournement de mode (les clients ont jeté leur dévolu sur les sneakers, ces baskets pour toutes les occasions) pourraient être fatal à la marque.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook