Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'impôt sur la fortune immobilière a touché davantage de foyers fiscaux l'an dernier





Le 8 Mai 2024, par François Lapierre

Plus de contribuables, plus de rentrées fiscales : l'impôt sur la fortune immobilière a fait recette l'année dernière, selon les dernières données du fisc.


Une hausse significative des contribuables concernés

En 2023, l'impôt sur la fortune immobilière (IFI) a concerné un nombre croissant de foyers fiscaux en France. Selon les dernières données de la Direction générale des Finances publiques (DGFIP), 175.980 foyers ont été assujettis à cet impôt, ce qui marque une augmentation de plus de 7% par rapport à l'année précédente. Ce chiffre souligne une tendance à la hausse des contribuables possédant un patrimoine immobilier significatif, soumis à un impôt moyen de 11.100 euros par foyer.

Le patrimoine immobilier total imposable des ménages concernés a atteint les 434 milliards d'euros, en progression de 7,1% par rapport à l'année antérieure. Cette hausse est principalement due à l'augmentation du nombre de foyers entrant dans le champ de l'IFI, avec 29.700 nouveaux entrants en 2023 contre 17.600 sortants. La majorité des foyers imposables (73%) déclarent un patrimoine immobilier compris entre 1,3 et 2,5 millions d'euros, contribuant à hauteur de 34,4% aux recettes totales de l'IFI. Cette tranche de contribuables a versé en moyenne 5.212 euros chacun.

L'impact du patrimoine immobilier

L'âge moyen des contribuables soumis à l'IFI est notablement plus élevé que celui des personnes uniquement soumises à l'impôt sur le revenu. Le premier déclarant des ménages assujettis à l'IFI affiche en moyenne 70 ans, avec près de 70% des foyers ayant un principal déclarant de plus de 65 ans. Cette donnée contraste avec les ménages dont l'occupant principal est âgé de moins de 45 ans, qui possèdent en moyenne un patrimoine immobilier plus conséquent, évalué à 2,7 millions d'euros.

La répartition géographique des foyers assujettis à l'IFI montre une concentration significative en Île-de-France, notamment à Paris où résident un quart des contribuables concernés. Les départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines suivent, tandis qu'une portion non négligeable de ces foyers vit à l'étranger, représentant 4% du total.

Ces chiffres révèlent une évolution notable de la fiscalité sur le patrimoine immobilier en France, reflétant à la fois des dynamiques de marché, comme la flambée des prix de l'immobilier, et des tendances démographiques spécifiques aux contribuables les plus aisés. Alors que l'IFI continue de générer des revenus substantiels pour l'État, s'élevant à 1,95 milliard d'euros en 2023, il met également en lumière les disparités de patrimoine au sein de la population française.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook