Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'impôt sur les sociétés (IS) va atteindre le taux record de 37 % en 2014





Le 8 Octobre 2013, par

L'abandon de la taxation de l'EBE (Excédent brut d'exploitation) transformé en ENE (excédent net), qui devait rapporter 2,5 milliards d'euros, conduit le gouvernement à augmenter encore l'Impôt sur les sociétés, désormais le plus élevé d'Europe.


L'impôt sur les sociétés (IS) va atteindre le taux record de 37 %  en 2014
23 % en Angleterre, 29,8 % en Allemagne et donc désormais... 37 % en France au lieu de 33 %, pour les entreprises dont le chiffre d'affaires dépasser les 250 millions d'euros : Tel est le montant de l'impôt sur les sociétés (IS) en France, pour 2014 et 2015. Un taux d'imposition "provisoire" a promis Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie et des Finances, en annonçant la mesure hier, mesure destinée à remplacer la taxe sur l'excédent net d'exploitation dont personne ne voulait et qui était surtout impossible à mettre en place.

Provisoire ? Oui, le temps qu'un... nouvel impôt, "plus juste" soit inventé et mis en place? A ce moment là, le taux de l'IS pourrait revenir à 30 %, soit un taux "dans la moyenne européenne" promet Bernard Cazeneuve, le ministre du Budget. Sur les années fiscales 2014 et 2015? ce sont donc les grandes entreprises, qui réalisent un chffre d'affaire supérieur à 250 milions d'euros, qui compenseront le manque à gagner de la défunte taxe sur l'ENE. En théorie.

Car il y a un hic à cette hausse temporaire de l'IS, et surtout à son rendement : il demeure totalement théorique, ne tenant pas compte de la capacité des multinationales à forcer un peu plus l'optimisation fiscale de leurs comptes, et donc, à limiter leur exposition à l'impôt sur les sociétés. Comme un signe, peut-être, de ce calendrier masqué, les mouvements patronaux, en particulier l'association des entreprises de taille intermédiaire (ETI), ont donné leur accord pour une hausse temporaire de l'IS, en échange de l'abandon de la taxe sur l'EBE / ENE. Certains auraient-ils déjà fait leurs calculs ?



Jean-Baptiste Giraud
Jean-Baptiste Giraud est journaliste économique, passé par Radio France, BFM, LCI, TF1 et... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook