Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'impôt sur les sociétés (IS) va atteindre le taux record de 37 % en 2014





Le 8 Octobre 2013, par

L'abandon de la taxation de l'EBE (Excédent brut d'exploitation) transformé en ENE (excédent net), qui devait rapporter 2,5 milliards d'euros, conduit le gouvernement à augmenter encore l'Impôt sur les sociétés, désormais le plus élevé d'Europe.


L'impôt sur les sociétés (IS) va atteindre le taux record de 37 %  en 2014
23 % en Angleterre, 29,8 % en Allemagne et donc désormais... 37 % en France au lieu de 33 %, pour les entreprises dont le chiffre d'affaires dépasser les 250 millions d'euros : Tel est le montant de l'impôt sur les sociétés (IS) en France, pour 2014 et 2015. Un taux d'imposition "provisoire" a promis Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie et des Finances, en annonçant la mesure hier, mesure destinée à remplacer la taxe sur l'excédent net d'exploitation dont personne ne voulait et qui était surtout impossible à mettre en place.

Provisoire ? Oui, le temps qu'un... nouvel impôt, "plus juste" soit inventé et mis en place? A ce moment là, le taux de l'IS pourrait revenir à 30 %, soit un taux "dans la moyenne européenne" promet Bernard Cazeneuve, le ministre du Budget. Sur les années fiscales 2014 et 2015? ce sont donc les grandes entreprises, qui réalisent un chffre d'affaire supérieur à 250 milions d'euros, qui compenseront le manque à gagner de la défunte taxe sur l'ENE. En théorie.

Car il y a un hic à cette hausse temporaire de l'IS, et surtout à son rendement : il demeure totalement théorique, ne tenant pas compte de la capacité des multinationales à forcer un peu plus l'optimisation fiscale de leurs comptes, et donc, à limiter leur exposition à l'impôt sur les sociétés. Comme un signe, peut-être, de ce calendrier masqué, les mouvements patronaux, en particulier l'association des entreprises de taille intermédiaire (ETI), ont donné leur accord pour une hausse temporaire de l'IS, en échange de l'abandon de la taxe sur l'EBE / ENE. Certains auraient-ils déjà fait leurs calculs ?



Jean-Baptiste Giraud
Jean-Baptiste Giraud est journaliste économique, passé par Radio France, BFM, LCI, TF1 et... En savoir plus sur cet auteur

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook