Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’industrie automobile craint les conséquences d’un Brexit sans accord





Le 4 Mars 2019, par François Lapierre

À l’occasion du salon de l’automobile de Genève qui s’ouvre cette semaine à Genève, les constructeurs préviennent des risques d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord.


Le Brexit « dur », c’est à dire le divorce entre Londres et Bruxelles sans accord ni période de transition, est un cauchemar pour l’industrie automobile européenne. À l’occasion du salon de Genève, le Groupe d’étude et de recherche permanent sur l’industrie et les salariés de l’automobile (Gerpisa) tire la sonnette d’alarme et craint une catastrophe non seulement pour le Royaume-Uni, mais aussi pour l’Union européenne toute entière. Outre Manche, le marché automobile est très intégré au marché européen : 80% des véhicules produits au Royaume-Uni sont exportées vers l’UE. 60% de la valeur de ces véhicules est importée de l’Union.

Or, sans accord entre les deux parties, les constructeurs automobiles craignent des droits de douane compris entre 10 à 14% sur les importations de pièces et de composants. Dans un secteur de l’économie où les marges ne dépassent pas 5%, l’équation économique ne tient pas. Les groupes n’ont pas attendu l’imminence du Brexit — qui sera effectif le 29 mars si rien ne change — pour alerter les autorités britanniques et européennes. En février, Carlos Tavares le PDG du groupe PSA prédisait un effondrement du marché britannique, le second en volume en Europe après l’Allemagne.

Plusieurs constructeurs installés au Royaume-Uni ont commencé à prendre des mesures difficiles. C’est le cas de Honda, qui va fermer son usine de Swindon dans le sud ouest de l’Angleterre, ou encore Jaguar Land Rover qui supprimer 10% de ses effectifs soit 4 500 emplois. Ces entreprises n’ont pas mis ces difficultés sur le dos du Brexit, mais il est manifeste que ce divorce va coûter très cher pour l’économie britannique et européenne.



Tags : Brexit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook