Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'intérim se porte mal





Le 9 Janvier 2015, par

Quand l'intérim va mal, l'emploi va mal. Or, au dernier trimestre 2014, le nombre d'intérimaires a chuté de 4 %.


Au total, fin 2014, le nombre d'intérimaires en France atteignant 518 000 personnes, quand en 2007 l'intérim pesait près d'un million d'emplois ! Rien qu'en un trimestre, le nombre d'emplois détruits dans l'intérim atteint 22 000 postes.

Sur l'année entière, l'intérim est en baisse, malgré un deuxième trimestre dans le vert. Ce sont les secteurs du batiment et de la construction qui ont le plus souffert en fin d'année, avec plus de 8000 postes supprimés. Dans l'industrie, 7 300 postes ont été également supprimés, et 6 400 dans le secteur des services et du tertiaire.

L'intérim est un indicateur avancé de la tendance de l'emploi dans un pays comme la France, car la reprise de l'intérim pendant plusieurs mois de suite annonce toujours une reprise des embauches par la suite en CDD puis en CDI. avec un 3eme trimestre mauvais en 2014, l'emploi n'est donc pas près de repartir.. 


Jean-Baptiste Giraud
Jean-Baptiste Giraud est journaliste économique, passé par Radio France, BFM, LCI, TF1 et... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook