Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’italienne Saipem remporte l’appel d’offre pour un gazoduc avec GazProm





Le 17 Mars 2014, par

Dimanche 17 mars 2014 a eu lieu le très controversé référendum en Crimée, référendum critiqué par Obama avant même la publication des résultats officiels et qui a vu une très large victoire de l’option d’annexion à la Russie. Mais pendant ce temps, chez le géant russe du gaz GazProm, une annonce de taille a été faite en faveur de la société italienne Saipem.


cc/flickr/ Thawt Hawthje
cc/flickr/ Thawt Hawthje
Le groupe spécialisé dans la construction d’infrastructures énergétiques a en effet gagné un appel d’offre pour la construction du nouveau gazoduc de GazProm qui devrait transporter la production gazière de la Russie à la Bulgarie en évitant le territoire Ukrainien. Pour ce faire, le projet prévoit de faire passer le nouveau gazoduc sous la Mer Noire.

Le projet, pour lequel une nouvelle société, SouthStream, a été créée, devrait permettre de relier la Russie, et surtout la Sibérie où est extrait le gaz, à l’Europe. Le nouveau gazoduc devrait en effet se rattacher au réseau européen en Autriche, dernier pays traversé par l’œuvre gigantesque pour laquelle GazProm a prévu un investissement de 10 milliards d’euros.

La société SouthStream est contrôlée en majorité par les russes de GazProm (50% du capital) mais également par l’italienne Eni (20%) qui contrôle l’entreprise Saipem, Edf (15%) et les allemands de Wintershall (15%). A part la société allemande, les autres sont des groupes publics ce qui montre que malgré une crise en Crimée qui fait augmenter les tensions entre Europe et Russie, en affaires la politique compte peu.

D’autant plus qu’il reste une bonne partie du budget prévu pour le nouveau gazoduc à assigner. Saipem n’a en effet gagné que l’appel d’offres pour un premier tronçon de l’infrastructure. Un contrat de 2 milliards d’euros. Une bonne nouvelle pour la société qui a traversé une crise après la mise en examen de son ancien administrateur délégué, Pietro Tasi, pour un cas de corruption internationale dans certains contrats algériens.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook