Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’outre-mer ne doit pas être l’outre-tombe de notre République





Le 26 Septembre 2022, par Nicolas Lerègle

Les questions ultramarines ne devraient pas être traitées à la légère par le gouvernement actuel qui ferait bien de se rappeler que le « en même temps » n’est pas un mauvais concept.


L’outre-mer ne doit pas être l’outre-tombe de notre République
De même le jacobinisme ou tropisme parisien devrait parfois s’effacer derrière les compétences locales aux prises avec les réalités du terrain. Martinique, Guadeloupe, Réunion, Nouvelle-Calédonie, tous les territoires ultramarins ne sont pas que des îles volcaniques ce sont aussi des volcans sociaux qui ne demandent qu’à se réveiller.

Ce ne sont pas les visites expéditives des candidats aux élections présidentielles qui vont changer cette donne. Quant au ministre des outre-mer son emploi du temps nécessitant d’être chaque mercredi à Paris on ne peut pas remettre en question son bilan carbone. Après si les mêmes s’étonnent que le Rassemblement National réalise d’excellents scores dans ces territoires et que la majorité présidentielle se désolé d’être relative la surprise ne semble pas de mise.

Il convient de mettre parfois les pieds dans le plat et de rappeler que ces territoires ultramarins sont une chance pour un pays comme la France. Ce sont de véritables îlots de présence et d’influences, civile, économique, militaire que la France n’aurait pas les moyens d’avoir sinon. Condescendance et distance ne devraient pas être les adjectifs utilisés pour les qualifier ou les traiter bien au contraire.

Dans ce contexte la question du logement social est importante. Après avoir négligé ces territoires pendant quelques décennies la métropole ne peut pas ignorer que certains déséquilibres sociaux résultent directement de ce traitement deux poids deux mesures entre l’Hexagone et ces territoires, bien loin d’un en même temps encore récemment professé.

Pourquoi cette observation ? Tout simplement parce que ce 26 septembre se tient au Sénat une réunion de l’USHOM (syndicat professionnel représentatif du logement social dans les territoires ultramarins et reconnu comme seul représentatif par les élus et décideurs de ces territoires) sur le logement social dans ces collectivités. On pourrait penser que les politiques de tous bords se presseraient pour témoigner de leurs intérêts pour un sujet de cette importance.

Cela ne semble pas être le cas. On peut espérer que le ministre en charge de ce portefeuille sera présent lui et qu’il ne se laissera pas prendre dans la guerre picrocholine que livre l’USH (dont la présidente est Emmanuelle Cosse, ancienne ministre du Logement qui n’a pas brillé par sa compétence) à l’USHOM en essayant de « récupérer » dans son giron des territoires pour lesquels elle n’a aucune légitimité.

L’outre-mer est un peu l’outre-tombe de notre République, y être nommé ai rarement vu comme une promotion alors que la logique voudrait que ce portefeuille soit celui d’un ministre d’État témoignant ainsi l’importance que revêtent ces territoires pour la France d’aujourd’hui, mais surtout de demain. Et là-bas comme ici le logement est une préoccupation première il serait temps de vraiment en prendre conscience et d’agir, politiquement, en conséquence.
 



Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook