Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

LDLC veut mettre en place la semaine de 4 jours





Le 3 Juillet 2020, par Olivier Sancerre

Travailler moins… pour travailler mieux ? C'est le pari du groupe LDLC, spécialisé dans le commerce en ligne et la distribution de matériel informatique. L'entreprise envisage en effet de passer à la semaine de 4 jours l'année prochaine.


Coaching et temps de travail réduit

Dès 2021, LDLC pourrait basculer ses mille salariés à la semaine de 4 jours, sur un format de 32 heures travaillées. C'est l'annonce choc de Laurent de la Clergerie, PDG et fondateur du revendeur de matériel informatique et high-tech. Il a la conviction qu'en réduisant le temps de travail, ses employés seront « dans de meilleures conditions qu'en travaillant cinq [jours par semaine] ». Chacun pourra prendre les rendez-vous « qu’on n’arrive jamais à caler, de faire des courses, du sport ou des tâches du quotidien ». L'idée est aussi de favoriser le temps passé en famille et avec les amis. « J’ai hâte de voir les sourires sur les visages lorsque ce sera en place », explique-t-il dans le communiqué.

Ce temps dégagé sur la semaine de travail devrait améliorer la productivité et l'efficacité des salariés dans l'entreprise. C'est du moins l'espoir de Laurent de la Clergerie, qui se dit persuadé des bienfaits d'une semaine professionnelle moins chargée. La mise en place de cette initiative, inspirée de l'exemple de Microsoft au Japon, va nécessiter l'embauche de quelques dizaines de nouveaux collaborateurs. La semaine de 4 jours va forcément poser des problèmes de planning en interne, mais le dirigeant se dit prêt à relever le défi.

Augmentation des salaires

Toujours une démarche de bien-être pour les employés, LDLC a mis en place des « facilitateurs » dont le rôle est d’accompagner et d’apporter une structure aux discussions lors des travaux d’équipe. La mission du facilitateur va au-delà de la simple animation, il s'agit de donner la parole à chaque salarié pour « co-construire un projet préalablement décrit ». L'an dernier, l'entreprise a intégré des coachs professionnels qui accompagnent les équipes et les employés dans les projets professionnels.

LDLC a plutôt bien tenu le choc de la crise sanitaire. Le chiffre d'affaires pour 2020 devrait s'établir à 600 millions d'euros, soit 106 millions de plus que l'an dernier. Quant à l'Ebitda, les prévisions l'annoncent à 33 millions. Ces résultats pourraient même pousser le PDG à augmenter les salaires de 2% cette année.



Tags : LDLC


1.Posté par Sarah Spitz le 07/07/2020 09:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sacré changement, et sacré challenge ! Certains l'ont tenté, comme Tower Paddle Boards en 2015 puis l'ont arrêté en 2017. D'autres ont réussi brillamment !

Pour un peu d'inspiration, une petite entreprise allemande a mis en place la journée de 5 heures (à salaire égal). Pour que ça marche, quelques conditions ont été imposées comme la consultation limitée de la boite mail : https://humanage.fr/fr/une-journee-de-travail-de-5-heures-en-allemagne-travailler-moins-et-plus-intensement/

Et puis voici un article écrit après ma visite de Inventionland en 2017, entreprise de product design en Pennsylvanie qui suit le rythme de la semaine de 4 jours depuis des années... Les salariés sont conquis et plus productifs que la concurrence : https://humanage.fr/fr/innover-plus-en-moins-de-temps/

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)

Comment réagir face à l'entrisme islamique en entreprise

« Fantaisies quantiques » : Quand la collaboration des chercheurs fait avancer l’humanité !

« MAINSTREAM » : Il y a bien une bataille mondiale pour une domination culturelle













Rss
Twitter
Facebook