Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

LUCIE, le rapport qui dérange





Le 21 Novembre 2018, par Albert Morel

Un mystérieux “rapport de mission" intitulé État des lieux de la pénétration de l’islam fondamentaliste en France circule depuis peu dans tout l’appareil d’État et la classe politique… et sur les réseaux. Nom de code LUCIE.


Qui se cache derrière LUCIE ?

Un groupe énigmatique s’exprime depuis quelques jours sous l’acronyme LUCIE : lucidité contre l’influence étrangère. «Les Français sont-ils menacés dans leurs libertés fondamentales ? », telle est la question mise en avant sur le site internet (1). On capte d’emblée la réponse induite : attention, urgence, danger pour la nation… Les membres du collectif, tous anonymes, disent être des « personnes qui ont décidé de faire œuvre utile pour alerter nos concitoyens sur les manœuvres de déstabilisation pouvant affecter la France ». Regroupement de citoyens de bonne volonté ou de spécialistes de la déstabilisation ? On n’en saura guère plus pour l’instant.

Titré État des lieux de la pénétration de l’islam fondamentaliste en France, le rapport est de facture quasi académique : long de 123 pages, très factuel et extrêmement documenté, il se veut porteur « d’une approche pédagogique sur un sujet sensible qui divise profondément la société française ».

Un constat, une urgence

Que dit LUCIE ? Pour les auteurs, un constat s’impose : « l’administration ne dispose pas d’une étude transversale sur la question de l’islamisation de la société française. Chaque ministère concerné par ce phénomène l’étudie sous un angle particulier. » C’est pourquoi ils l’ont transmis à tous les ministères, tous les hauts fonctionnaires de l’État, toutes les préfectures, tous les services de l’État, ainsi que tous les représentants des partis politiques dans les deux chambres parlementaires.

Pour eux, un « seuil critique d’influence » serait franchi et menacerait la vie démocratique en France, car « les réseaux islamistes ont investi un ensemble de champs et d’institutions ». Morceau choisi : « L’entrisme des islamistes dans l’école, les hôpitaux, les activités sportives (clubs ou piscines), la vie des quartiers, est en progression constante. Si on prend l’exemple de l’Éducation nationale, il a été constaté par exemple une tentative de noyautage de la fonction des Conseillers Principaux d’Éducation dans certaines académies. » Or, le pouvoir politique actuel ne voudrait pas aborder officiellement cette question. 

Une prise de conscience collective

Éducation, monde de l’entreprise, lieux de culte, internet et réseaux sociaux, œuvres caritatives… Le rapport montre comment les mouvements islamistes les plus actifs seraient en train d’édifier une « contre-société » sur le sol national, ces mouvances ayant comme dénominateur commun « la volonté d’opérer un changement profond dans les rapports des Français de confession musulmane à la citoyenneté, à la démocratie et au vivre-ensemble ».

Le but affiché est d’offrir « une analyse des rapports de force sur le territoire national, mettant aux prises les différents courants islamistes et l’État français ». Rien n’est laissé de côté. Un sacré boulot qui devrait un peu secouer les représentants des plus hautes sphères de l’État, toujours très embarrassés par ce sujet plus que sensible et tout aussi prompts à le contourner. « Inertie du pouvoir politique », affirme le rapport.

Le collectif ne manque pas de rappeler des précédents historiques : « Malgré la différence de contexte, force est de constater que les techniques utilisées par les islamistes pour dominer les esprits, relèvent des mêmes principes que les nazis ont mis en œuvre pour piéger le système démocratique de la République de Weimar ».

Alors que le mouvement des Gilets jaunes occupe nos écrans, se passerait-il quelque chose en arrière-plan ? Histoire à suivre.
 
(1) http://www.lu-cie.cc/




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook