Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

LVMH achète pour 10.000 euros l'utilisation de la marque Vendôme auprès de la ville du même nom





Le 11 Février 2021, par La rédaction

LVMH s'est offert les droits exclusifs sur la marque Vendôme, en l'achetant auprès de la ville du même nom, dans le Loir-et-Cher. Le tout pour la somme de… 10.000 euros seulement.


Vendôme : une marque de prestige

Vendôme est un nom qui évoque immanquablement le monde du luxe : la Place Vendôme à Paris regroupe les plus grands joailliers et bijoutiers de la planète ! La marque est devenue un emblème publicitaire qui s'accorde avec bon nombre d'activités, et pas nécessairement toutes dans le secteur du luxe. C'est pourquoi le « coup » de LVMH marque autant les esprits : le groupe s'est offert les droits exclusifs sur la marque Vendôme, en l'achetant directement auprès de la ville de Vendôme, dans le Loir-et-Cher. Une opération particulièrement intéressante : l'entreprise, à la tête de Chaumet, Fred, ou encore Bulgari, n'a déboursé que 10.000 euros.

C'est le conseil municipal qui a accepté de céder le nom de la commune à LVMH. Une décision qui a été très critiquée au vu du montant de la transaction. Le maire UDI de la ville, Laurent Brillard, a défendu cette vente, en expliquant tout d'abord que l'achat de la marque ne concerne que la classe 14 de l'Institut national de la propriété industrielle : LVMH ne peut utiliser ce nom que pour la création de collection ou de produits liés à la joaillerie de luxe.

Le maire de Vendôme défend sa position

Il a également tenu à rappeler que LVMH exerce une activité importante dans la ville de Vendôme. L'entreprise, via sa filiale Louis Vuitton, possède ainsi un atelier de maroquinerie, un second sortira d'ailleurs de terre cette année. Cela représente 500 emplois pour la ville qui compte 17.000 habitants. Le groupe s'est installé dans un bâtiment classé, qu'il a restauré sur ses deniers (ce qui a représenté un investissement de plusieurs millions d'euros, selon le maire). « Et là, on récupère 10.000 euros supplémentaires pour un nom qu'ils auraient pu utiliser de toute façon », ajoute l'élu.

Le nom « Vendôme » est utilisé sans autorisation par de nombreuses entreprises et commerces, relève-t-il : « Il existe déjà un hôtel Vendôme, une charcuterie Vendôme, des cosmétiques Vendôme », énumère Laurent Brillard. En y ajoutant les investissements de LVMH, il estime donc avoir fait une bonne affaire qui va continuer à profiter à sa ville.



Tags : LVMH

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook