Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La BCE inflige une amende de 4,3 millions d'euros au Crédit Agricole





Le 21 Août 2018, par

L'amende est sévère car elle sanctionne un manquement grave aux bonnes pratiques : la Banque centrale européenne demande au Crédit Agricole de payer 4,3 millions d'euros.


La BCE, l'organisme de régulation du système bancaire de la zone euro, a mis le Crédit Agricole à l'amende. La banque française va devoir régler plus de 4,3 millions d'euros. Son tort est de ne pas avoir respecté les règles entre 2015 et 2016 concernant la déclaration de ratios de ses fonds propres. Celle-ci permet de mesurer la solvabilité de l'établissement bancaire. Dans la foulée, la Banque centrale européenne inflige des amendes à deux filiales, le Crédit Agricole Consumer Finance (200 000 euros) et la Credit Agricole Corporate and Investment Bank (300 000 euros).

Dans son communiqué, la BCE rapporte que la sanction a été imposée car le Crédit Agricole a classé des instruments de fonds propres comme des instruments de « CET1 » sans autorisation préalable de l'autorité compétente. Dans ses résultats trimestriels courant de 2015 à 2016, le groupe français n'a pas respecté les règles liées à la déclaration de ratios de fonds propres, un outil qui permet au régulateur de mesurer la solvabilité d'un établissement financier. 

Loin de faire profil bas, le Crédit Agricole a précisé à la suite de la publication de l'amende qu'il se réservait le droit de contester la sanction, ce qui implique d'aller devant la Cour de justice de l'Union européenne. Il s'agit quoi qu'il en soit d'un manquement grave, ce qui explique la sévérité de l'amende. La BCE avait déjà infligé des sanctions l'an dernier contre la société irlandaises Permanent (2,5 millions d'euros) et une banque italienne (11,2 millions).


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : bce

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook