Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La Banque postale sanctionnée pour « financement du terrorisme »





Le 26 Décembre 2018, par

La Banque postale est sous le coup d’une amende de 50 millions d’euros, assortie d’un blâme de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). Le groupe a déposé un recours contre la sanction.


Entre décembre 2009 et mars 2017, la Banque postale a exécuté « au moins » 75 opérations de mandats cash nationaux (MCM) pour le compte de 10 clients dont les éléments d’identité, comme les noms, prénoms et dates de naissance, correspondent à des personnes faisant l’objet d’une mesure de gel de leurs avoirs. L’ACPR relève que dans 9 cas sur 10, ce gel avait été décidé en raison « d’activités terroristes ». Les mandats cash nationaux permettaient de transférer très rapidement jusqu’à 1 500 euros à un tiers. Quant au gel des avoirs, il oblige un établissement financier à bloquer les actifs d’un individu faisant l’objet d’une sanction des autorités.

Ces manquements poussent l’Autorité de contrôle prudentiel à infliger à la Banque postale non seulement un blâme, mais aussi des pénalités de 50 millions d’euros : il s’agit de l’amende la plus élevée jamais décidée par l’ACPR contre une banque. « Ces sanctions répriment une carence grave du dispositif de détection », explique le régulateur de la banque et de l’assurance en France, qui reproche à la Banque postale de n’avoir pas été à la hauteur de ce qui est attendu d’un organisme de « taille significative appartenant de surcroît au secteur public ».

La Banque postale a décidé d’engager un recours auprès du Conseil d’État. Pour la banque, la sanction de l’ACPR est « particulièrement sévère ». L’avocat de l’institution a expliqué au micro de RFI que le régulateur « ne reproche au maximum que 75 opérations, qui n’auraient pas été suffisamment contrôlées. Et ces 75 opérations représentent seulement 16 500 euros, qui valent à la Banque Postale une sanction de 50 millions d’euros. Cette sanction est d’une sévérité incompréhensible ».


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur



1.Posté par lagarde le 29/12/2018 13:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
titulaire d'un ccp depuis 40 ans j'ai l'intention de le cloturer pour aller a la concurence compte tenu des agissements de la banque postale

2.Posté par le Tallec le 09/01/2019 09:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'avais rendu ma CB il y a qqs mois, j'ai l'intention de clôturer mon compte !!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook