Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La Fnac ne devra revendre que dix magasins pour absorber Darty





Le 18 Juillet 2016, par

L’Autorité de la concurrence va sans doute valider l’acquisition par la Fnac de Darty, annonce Le Figaro. Le tout sans que « l’agitateur culturel » soit obligé de faire trop de concessions.


Le gendarme de la concurrence devrait demander au groupe la vente d’une dizaine de magasins Darty et Fnac à Paris et en région parisienne. Ces magasins sont jugés trop proches les uns des autres, il convient donc de s’en séparer pour éviter une distorsion de la concurrence.

La Fnac craignait de devoir se séparer de 30 à 40 magasins Darty pour obtenir le feu vert de l’Autorité de la concurrence. Finalement, c’est beaucoup moins et c’est un soulagement pour l’enseigne. De plus, les cessions exigées par l’Autorité ne concernent aucun magasin important des deux réseaux : Darty compte 260 ponts de vente en France, la Fnac 140.

Pourtant, l’Autorité de la concurrence avait fait savoir, le 6 juillet dernier, son intention d’examiner non seulement la « pression concurrentielle » entre les magasins physiques, mais également celle de la vente en ligne. Finalement, c’est un soulagement pour la Fnac. L’enseigne a par ailleurs indiqué que Darty conserverait sa marque, mais que les deux groupes seront intégrés.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : fnac

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook