Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La Française des Jeux devra verser 380 millions d'euros à l'État





Le 27 Octobre 2019, par La rédaction

La privatisation de la Française des Jeux va rapporter 380 millions d'euros supplémentaires à l'État. C'est la somme que devra verser l'entreprise pour qu'elle bénéficie des droits exclusifs pour exploiter des jeux de hasard et de paris sportifs.


Une opération bénéficiaire pour l'État

La privatisation de la Française des Jeux aura lieu du 7 au 20 novembre. À cette occasion, l'État va vendre une majorité de son capital détenu dans l'entreprise : la part des pouvoirs publics passera de 72% à un minimum de 20%. Même avec une présence minoritaire de l'État dans son capital, la FdJ deviendra donc une société privée qui disposera de droits exclusifs sur les jeux de loterie, de hasard, ainsi que sur les paris sportifs. Un privilège pour lequel l'entreprise devra verser 380 millions d'euros, d'après la Commission des participations et des transferts.

Cette Commission, saisie par le ministère de l'Économie, a évalué la contrepartie financière que la Française des Jeux devra reverser aux finances publiques « avant le 30 juin 2020 ». Une indemnité calculée en fonction d'une analyse juridique et de plusieurs rapports financiers visant à « établir l'impact sur la valorisation de la FDJ de l'octroi des droits exclusifs dans le nouveau cadre résultant de la loi Pacte », qui a été adoptée en avril.

Exploitation pendant 25 ans

Au terme de la privatisation, la FdJ pourra organiser et exploiter à titre exclusif les jeux de hasard et de paris sportifs pour une durée de 25 ans. Voilà qui vaut bien 380 millions d'euros. Ce d'autant que les affaires se portent bien pour l'entreprise : les mises ont ainsi atteint 15,8 milliards d'euros l'an dernier, un chiffre en hausse de 4,4% par rapport à 2017. Au premier semestre 2019, ces mises ont progressé de 7%.

Même privatisée, la Française des Jeux continuera de verser une contribution nette à l'État. Néanmoins, celle-ci ne devrait pas atteindre les 3,5 milliards d'euros annuels comme c'est le cas jusqu'à présent. L'opération de cession du capital de l'État devrait lui permettre de récupérer plus d'un milliard d'euros.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Minorités d'Orient, les grandes trahies de l'Histoire

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »












Rss
Twitter
Facebook