Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La France creuse son déficit commercial





Le 8 Février 2019, par

Si le déficit commercial de la France s’est creusé en 2018, c’est surtout en raison de la facture pétrolière, souligne les Douanes. Dans certains secteurs, les exportations se portent bien.


Avec une balance commerciale qui a penché de 59,9 milliards d’euros dans le mauvais sens en 2018, la France a creusé son déficit de 2,1 milliards par rapport à l’année précédente. Le principal facteur ayant contribué à cette contre-performance, c’est la facture énergétique qui s’est élevée à 46 milliards d’euros. Le pétrole en particulier est en cause ici, les cours ayant fortement augmenté à l’automne dernier avant de baisser en tout fin d’année. La facture totale liée aux coûts de l’énergie a augmenté de 17% l’an dernier, et de 24% en 2017. L’autre raison pour laquelle le solde de la balance commerciale est négatif : les importations.

La consommation intérieure a finalement résisté à la conjoncture, ce qui explique le haut niveau des importations en 2018. Tout n’est cependant pas négatif dans le bilan dressé par les Douanes. Ainsi, les exportations de produits agroalimentaires ont augmenté de 2% ; ils représentent 62,4 milliards d’euros. Les produits chimiques, parfums et cosmétiques ont progressé de 3,1% ; la France a exporté pour 58,3 milliards d’euros de ces biens. Même satisfaction du côté de l’automobile (+7,9% à 35,5 milliards d’euros), de l’aéronautique (+2,7% à 57,2 milliards) ou encore dans le luxe (+6,3% à 51,3 milliards).

Le nombre d’entreprises exportatrices a légèrement augmenté : elles étaient 125 000 l’an dernier, en hausse de 900. Le ministère des Affaires étrangères relève que la part de marché de la France dans le commerce mondial a été de 3,1% l’an dernier. Un chiffre stable, mais on est très loin de la performance de l’année 2000 (17%). Pour grignoter des parts de marché, l’Hexagone devrait améliorer la compétitivité de ses produits et en baisser le prix.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook