Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La France toujours championne de la pression fiscale et sociale





Le 18 Juillet 2019, par Anton Kunin

La pression fiscale et sociale a certes diminué en France, passant de 56,73% en 2018 à 54,73% en 2019. Toujours est-il que sur chaque euro de gagné, les Français en reversent autant à l’État sous forme d’impôts et cotisations, a calculé l’Institut économique Molinari.


En 2019, le « jour de libération fiscale et sociale » tombe 8 jours plus tôt en France

Au sein de l’Union européenne, la France reste la championne de la fiscalité et ce, pour la quatrième année consécutive, annonce l’Institut économique Molinari. Avant de disposer de 100 euros de pouvoir d’achat réel, le salarié moyen doit faire face à 121 euros de charges et d’impôts. Et ce, même si le poids des prélèvements obligatoires dans la masse salariale a quelque peu diminué, passant de 56,73% en 2018 à 54,73% en 2019, résultat de la mise en œuvre des baisses des charges patronales et salariales promises par Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle de 2017.

Résultat de cette baisse des prélèvements obligatoires, le « jour de libération fiscale et sociale », date symbolique calculée chaque année par l’Institut économique Molinari, tombe cette année le 19 juillet en France, soit 8 jours plus tôt qu’en 2018.

Sur les 28 pays de l’UE, seuls 6 ont un taux de prélèvements obligatoires supérieur à 50%

Avec son taux de prélèvements obligatoires de 54,73%, la France continue donc à faire partie du « club » des six pays où plus de la moitié des revenus liés au travail sont prélevés au titre des impôts et charges. Les cinq autres pays sont l’Autriche, la Belgique, la Grèce, l’Italie et l’Allemagne.

Avant de disposer de 100 euros de pouvoir d’achat réel, le salarié moyen doit céder 121 euros en prélèvements obligatoires en France et en Autriche, 116 euros en Belgique, 109 euros en Grèce, 107 euros en Italie en 104 euros en Allemagne… mais seulement 36 euros à Chypre, 41 euros à Malte et 46 euros en Irlande.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook