Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La France veut protéger ses entreprises en Iran





Le 11 Mai 2018, par

La sidération a laissé sa place à l'action. La décision de Donald Trump de quitter l'accord iranien sur le nucléaire, arraché de haute lutte en 2015, aura aussi des conséquences économiques importantes sur les entreprises qui ont commencé à travailler avec Téhéran.


Le président américain ne s'est pas contenté de déchirer l'accord sur l'Iran. Il a également rétabli les sanctions économiques les plus dures contre le pays, et contre les entreprises qui ont relancé une activité dans le pays ; passé quelques mois, celles-ci seront susceptibles de subir des pénalités aux États-Unis. C'est impensable pour les ex-partenaires européens parties prenantes de l'accord, en particulier pour la France. Bruno Le Maire, au micro d'Europe 1, estime que l'Europe doit « passer aux actes » pour protéger les entreprises françaises qui ont lancé de gros programmes en Iran.

Le ministre de l'Economie a ainsi contacté son homologue pour demander des « exemptions » pour un certain nombre d'entreprises françaises engagées en Iran, ou alors « des délais plus longs » pour quitter le pays et y abandonner toute activité. Au-delà, le patron de Bercy s'est demandé si l'Europe — et le reste du monde — voulait que les États-Unis deviennent « le gendarme économique de la planète » : « Ou voulons nous, nous Européens, dire : Nous avons des intérêts économiques, nous voulons continuer à faire du commerce avec l'Iran dans le cadre d'un accord stratégique" ».

Les trois pays européens signataires de l'accord, à savoir la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne, ont la volonté d'avancer sur ce dossier, avec la Chine, voire avec la Russie qui a des intérêts stratégiques dans la région. « Alliance historique ne signifie pas alignement politique », indique aussi Bruno Le Maire : malgré l'amitié entre les deux pays, les orientations des États-Unis ne sont pas celles de la France que ce soit en matière économique, politique, et environnementale.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : iran

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook