Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La Grèce de nouveau dans la tourmente européenne





Le 6 Janvier 2015, par

La dette grecque donne le tournis. Et un sacré casse-tête pour les dirigeants européens qui voient la facture leur échapper, alors que le pays est de nouveau en phase d'élections.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
La Grèce, interdite de marchés financiers, doit emprunter directement auprès du Fonds européen de stabilité financière dont les fonds sont livrés par la zone euro. Le pays y a emprunté 141,8 milliards d'euros, ce à quoi se rajoutent 52,9 milliards supplémentaires que plusieurs pays, dont la France et l'Allemagne, ont prêté directement à la Grèce.

Quant au FMI, il a déjà déboursé 31,8 milliards, et il s'apprêtait à livrer 16,3 milliards jusqu'en 2016. En tout et pour tout, la Grèce a emprunté auprès de ses partenaires dans le monde 226,5 milliards d'euros. Une sacrée somme que les dirigeants des pays créanciers voudraient bien voir leur retourner.

C'est notamment le cas de la France, dont les finances ne sont pas au beau fixe. François Hollande n'a d'ailleurs pas manqué de souligner que si les Grecs étaient évidemment libres de voter pour qui ils le souhaitaient, il fallait aussi que le pays respecte ses engagements.

Cela sera t-il le cas ? Alexis Tsipras, le leader de gauche qui devrait remporter les élections, a prudemment remisé ses discours enflammés sur un éventuel défaut de paiement du pays. En lieu et place, il parle plutôt de renégociation de la dette, mais dispose t-il de marges de manœuvre ? Rien n'est moins sûr alors que la Grèce bénéficie déjà de conditions exceptionnelles, comme une durée de prêt sur 32 ans.

Les créanciers ont donc déjà fait preuve d'une belle générosité, et ils pourraient même aller un peu plus loin en allongeant la durée de leurs prêts et une baisse des taux supplémentaire. Mais tout cela promet toujours des heures difficiles pour les grecs.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : dette, europe, grèce

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook