Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La PAC va diminuer pour les agriculteurs : colère en France





Le 4 Mai 2018, par Marie-Eve JAMIN

La Commission européenne a annoncé mercredi 2 mai une baisse sensible du budget de la Politique agricole commune (PAC). Mais la France ne l'entend pas de cette oreille et la colère monte.


La Commission européenne veut réduire le budget de l'agriculture de 5%

La colère monte. La Commission européenne a annoncé mercredi 2 mai vouloir réduire de 5% le budget de l'agriculture dans l'UE après 2020, une situation inédite pour cette politique historique de l'Union. La Commission propose de consacrer 265 milliards d'euros à la PAC entre 2021 et 2027 pour 27 Etats membres, contre 408,3 milliards actuellement à 28. En d'autres termes, le Brexit n'explique pas toute la baisse.

« Ce n'est pas un massacre », a assuré le président de la commission Jean-Claude Juncker. Une chose est sûre, en revanche, un seul commissaire européen est venu défendre la proposition en salle de presse après l'annonce. Phil Hogan, commissaire à l'agriculture, s'est justifié en déclarant : « C'est un bon résultat pour les agriculteurs étant donné les circonstances défavorables », notamment celles du départ du Royaume-Uni, ce qui grève les recettes.

Colère chez les agriculteurs français

En France, la nouvelle a été très mal accueillie. Et pour cause : l'Hexagone est le premier pays bénéficiaire en Europe (près d'un cinquième du total versé). Le sentiment était donc plutôt à la colère, après l'annonce de cette bombe :  « Une telle baisse, drastique, massive et aveugle, est simplement inenvisageable » et  « la France ne pourra accepter aucune baisse de revenu direct pour les agriculteurs », a ainsi déclaré le ministère de l'Agriculture dans un communiqué.

Même propos peu ou prou chez les agriculteurs. « On dit que c'est -5% mais c'est -10% avec l'inflation. Face aux nouvelles priorités, c'est la politique agricole qui trinque alors qu'on lui demande toujours plus », a blâmé Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, principal syndicat agricole français sur Europe1.  « Bien sûr, il y a l'impact du Brexit [qui représente 3,5 milliards de recettes en moins, NDLR] », a-t-elle expliqué. « Mais en plus, on fait payer à l'agriculture française la mise en place de la politique de défense et de sécurité voulue par Emmanuel Macron ». Et de s'emporter : « Si le président de la République veut une nouvelle politique, qu'il prévoit de nouvelles ressources et qu'il ne pique pas sur la PAC ».

Désormais, les agriculteurs vont devoir négocier pour obtenir davantage. Et, ce, en deux temps. Le nouveau budget coïncidera avec une autre PAC (celle de 2015-2020 l'était déjà), simplifiée et modernisée, pour laquelle la Commission doit présenter sa proposition officielle à la fin du mois. Mais la proposition sur le budget l'a déjà forcée à dévoiler certains de ses atouts. Pour soutenir les petites et moyennes structures, elle proposera aux Etats membres de choisir entre un plafonnement des aides à 60.000 euros par exploitation ou une dégressivité en fonction de la taille.

Les Etats membres pourront alors rediriger les économies réalisées au profit du développement rural, le deuxième pilier de la PAC. L'eurodéputé socialiste français Eric Andrieu déplore la chute annoncée des dépenses en matière de développement rural. Il explique que la volonté de la Commission est de transférer aux Etats membres une grosse part de responsabilité qui risque de niveler par le bas les ambitions environnementales, alimentaires et agricole. Pour rappel, aujourd'hui, 80% des paiements directs profitent à 20% des agriculteurs. 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Clarifier sa stratégie pour réussir sa transformation digitale
















Rss
Twitter
Facebook