Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La SNCF estime à plus de 300 millions d'euros le coût de la grève





Le 22 Juin 2016, par

L'impact financier de la grève qui a frappé la SNCF depuis le 9 mars 2016, première journée de mobilisation nationale contre la Loi Travail, commence à être chiffré. Mercredi 22 juin 2016 le transporteur a publié une note qui analyse le coût du mouvement social jusqu'au 15 juin 2016. Les chiffres ont de quoi faire craindre le pire pour la rentabilité du groupe en 2016.


cc/pixabay
cc/pixabay
Guillaume Pépy l'avait annoncé : la grève à la SNCF coûterait plusieurs centaines de millions d'euros au groupe. Ce mercredi 22 juin 2016, la SNCF l'a confirmé : les 23 journées de grève comptabilisées entre le 9 mars et le 15 juin 2016 ont coûté 310 millions d'euros. Moins que ce qu'avait avancé Guillaume Pépy : il estimait que chaque journée de grève coûtait au transporteur près de 20 millions d'euros, ce seront au final moins de 15 millions.

Toutefois, l'analyse publiée mercredi 22 juin 2016 n'est pas complète : le mouvement contre la loi de Myriam El Khomri ne s'est pas encore terminé et on ne connaît pas encore tous les coûts, notamment le coût final des demandes d'indemnisations qui ont été faites. Elles sont plus de 20 000 selon le communiqué de presse.

De plus, il est impossible de chiffrer déjà le coût en termes d'image et sa répercussion sur les ventes. Les divers retards et annulations vont sans aucun doute faire préférer d'autres moyens de transport au train dans les mois qui viennent, causant un manque à gagner supplémentaire pour la SNCF qui s'étalera sur la durée.

De fait, le groupe devrait commencer à craindre pour sa rentabilité : en 2015, hors dépréciations d'actifs, la SNCF a été dans le vert de seulement 377 millions d'euros. Un montant qui pourrait être dépassé si le mouvement contre la Loi Travail continue de créer des perturbations sociales.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"




Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens















Rss
Twitter
Facebook