Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La SNCM, toujours en grève, porte plainte contre Corsica Ferries pour concurrence illégale





Le 2 Janvier 2014, par

La compagnie maritime en difficulté financière a décidé de porter plainte pour concurrence illégale contre la société privée, Corsica Ferries, sa principale concurrente.


La SNCM, toujours en grève, porte plainte contre Corsica Ferries pour concurrence illégale

Alors que les bateaux de la SNCM sont toujours à quai ce jeudi, en dépit de la promesse d'aide de 30 millions d'euros de la part du gouvernement, l'entreprise fait de nouveau parler d'elle avec une plainte déposée aujourd'hui contre Corsica Ferries. 

 

Un mouvement de grève suivi par 65 % du personnel naviguant de la compagnie, et qui a été reconduit aujourd'hui. Cette grève devrait également s'étendre au personnel en congés jusqu'alors. Actuellement, six des huit bateaux qui desservent normalement la Corse et le Maghreb sont immobilisés.

 

Reste que malgré ces ennuis, la SNCM porte ce jeudi une plainte devant les tribunaux contre Corsica Ferries, sa principale rivale, pour concurrence illégale, une mesure réclamée par les syndicats qui reconduisent aujourd'hui leur grève. "Nous allons engager une procédure contre Corsica Ferries. Nous considérons qu'il y a une distorsion de concurrence, et que nous ne travaillons pas avec les mêmes règles" a notamment expliqué Pierre Jaumain, porte-parole de la compagnie.

 

Le 20 décembre dernier, le syndicat majoritaire de la compagnie avait saisi la Commission européenne, avec laquelle l'entreprise est déjà en froid, "pour aide d'Etat illégale aboutissant à des pratiques anticoncurrentielles", faisant ainsi référence à une "aide sociale directe" aux passagers d'environ 180 millions d'euros dont aurait bénéficié Corsica Ferries depuis 2002, dévoyée sous la forme d'un versement forfaitaire, donc éloigné de son objectif d'origine qui était de soutenir des personnes dépendantes. Il s'agit donc bien d'un non respect de la loi, d'où la plainte pour concurrence illégale, et non pas déloyale, qui vise une inégalité sur le marché.

 

En attendant, les syndicats réclament la mise en place immédiate du plan de sauvetage élaboré par Marc Dufour, le président de la compagnie. Mais le gouvernement souhaite à tout prix éviter un plan social, à l'approche des élections municipales, et alors que la gauche souhaite reprendre la ville de Marseille...



Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook