Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La boutique Label Emmaüs dénonce la concurrence déloyale des grandes plateformes du numérique





Le 16 Avril 2024, par Aurélien Delacroix

La boutique en ligne Label Emmaüs, spécialisée dans la vente de produits de seconde main, a publiquement dénoncé la concurrence qu'elle juge déloyale de grands acteurs du commerce en ligne comme Amazon, Shein, Temu et AliExpress.


Campagne et chute des visites

Maud Sarda, la directrice de l'association fondée par l'Abbé Pierre, souligne les difficultés accrues depuis 2016 face à ces géants numériques. Selon elle, les pratiques de ces plateformes, incluant la publicité incessante, des livraisons ultra-rapides et des prix extrêmement bas, mettent en péril la survie de structures à vocation sociale comme la leur.

Pour sensibiliser le public aux enjeux du commerce équitable et solidaire, Label Emmaüs a lancé une campagne sur les réseaux sociaux intitulée « Tous nos livres se valent », juxtaposant les biographies de l'Abbé Pierre et de Jeff Bezos. Toutefois, malgré ces efforts, les visites sur le site de Label Emmaüs ont chuté de 20% au début de 2024, avec seulement 500.000 visites mensuelles. « Depuis un an ou deux, ça commence à être vraiment compliqué de survivre », confie la cofondatrice de l'association à l'AFP, appelant à une régulation plus stricte du secteur.

Une concurrence pressante pour la boutique Label Emmaüs

Dans un contexte législatif récent où les députés ont adopté une proposition de loi visant à réduire l'attrait de la fast-fashion, Maud Sarda voit une opportunité pour étendre ces efforts à d'autres domaines. Elle appelle à des mesures législatives pour limiter les pratiques d'entreprises comme Shein, qui introduisent quotidiennement des milliers de nouveaux produits, et pour réglementer les offres telles que la livraison gratuite proposée par Amazon. 

En outre, Label Emmaüs, qui tire un tiers de ses revenus de la revente de livres et collecte plus de 20 millions de livres par an, plaide pour une « circulation solidaire du livre » en opposition à sa destruction, une pratique courante mais coûteuse pour les éditeurs. L'association propose de rediriger les livres invendus vers des associations caritatives et suggère de consacrer une partie des ventes à la rémunération des droits d'auteur.

L'appel de Label Emmaüs à une régulation renforcée et à un soutien accru pour les acteurs du commerce solidaire représente un enjeu crucial non seulement pour l'économie sociale, mais aussi pour le maintien d'une diversité culturelle et commerciale dans un marché de plus en plus dominé par quelques géants du numérique.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook